Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1913 > Etape par étape > Etape 6 : Bayonne - Luchon

Etape 6 : Bayonne - Luchon

326 km. 9 juillet 1913

-  Abandon de Defraye
Il est 3 heures du matin lorsque les 59 rescapés prennent le départ de l’étape décisive de ce Tour de France 1913. Dès le col d’Osquich, Christophe, Buysse, Rossius, Thys, Garrigou, Spiessens et Engel se détachent. A Oloron, après 135 km de course, le leader de l’épreuve, Odiel Defraye, est pointé avec 11’ de retard sur ces 7 hommes. Rien de grave pour l’instant mais les affaires du tenant du titre ne s’arrangent guère dans le col d’Aubisque. Voici le chef de file des Alcyon qui traverse Argelès avec 1h7’ de retard sur les hommes de tête. Defraye abandonnera au bas du Tourmalet. Desgrange qui s’est précipité à son chevet, constate : "A Barèges, lorsqu’il abandonne avec plus de deux heures de retard, il invoque une jambe droite qui ne fonctionne plus ; il rappelle qu’il s’est blessé à cette jambe dans une des étapes précédentes, et Ludovic, son directeur sportif, constate devant moi que les ganglions qui sont au dessus du muscle jumeau sont enflés et gros" ("L’Auto").

-  A 3 dans l’Aubisque
Pendant ce temps, devant, la situation s’est décantée. Engel s’est attardé au contrôle d’Eaux-Bonnes ; Garrigou, Spiessens puis Rossius ont assez rapidement lâché prise dans l’Aubisque. Restent Christophe (2ème du classement général ce matin) et Buysse (3ème), talonnés de près par Thys (5ème) : "Le premier marche dans une allure aussi calme et aussi puissante que l’an dernier au Galibier. A l’endroit le plus dur, il lâche même le guidon d’une main, et fait des signes de main à Baugé, qui est 100 mètres plus bas. Thys, qui a mis pied à terre, ne veut pas perdre contact. Il court comme un dératé, remonte en machine, parvient à n’être plus qu’à 10 mètres des deux leaders, et remet alors pied à terre. Mais le sol, déjà bien mauvais, est devenu épouvantable, et Buysse comme Christophe se trouvent proprement déposés à terre et doivent finir à pied les 100 mètres qui terminent l’ascension." (H. Desgrange "L’Auto"). Les 3 hommes passent à Argelès à 11h31’, Rossius 10’ plus tard, Garrigou 13.

-  Accident de Christophe
Christophe et Thys sont à Barèges, au pied du Tourmalet, 4’ avant Buysse. Thys bascule au sommet du Géant des Pyrénées 5’ avant "Cricri" qui ne s’affole absolument pas. C’est lui qui, désormais, est en tête du général. Mais il lui faut encore descendre le Tourmalet. Et là, c’est la catastrophe : le tube de la fourche de son vélo cassé ! Soit c’est l’abandon, soit il faut une forge ! Eugène Christophe n’abandonne pas (il l’a déjà prouvé dans un héroïque Milan - San Rémo 1910). L’ancien serrurier n’a donc plus qu’à mettre son vélo sur l’épaule, parcourir à pied les 10 kilomètres qui le séparent du village de Sainte-Marie-de-Campan puis, après 2 heures de marche, sans aucune aide extérieure, sous l’œil d’un commissaire de course intransigeant, forger une pièce, la limer et la faire entrer dans le tube. Encore une heure et demi de perdue avant que le "Vieux Gaulois" ne puisse remonter sur sa bicyclette pour filer vers Luchon, distant de 54 km. Christophe y parvient à 20h44. 29ème de l’étape à 3h50’14’’ du vainqueur, Christophe a perdu toute chance de remporter le Tour. Mais son courage est entré pour toujours dans l’histoire.

JPEG - 35.8 ko
Reconstitution du travail de rebrasement effectué par Christophe à Sainte-Marie-de-Campan


- Accession de Thys
Les Peugeot se sont vite consolés des déboires de Christophe. Philippe Thys a, en effet, poursuivi son chemin à travers les cols d’Aspin et de Peyresourde pour remporter sa 1ère étape sur le Tour. Buysse et Garrigou, 2ème et 3ème aujourd’hui, ont complété le triomphe de la firme française. Dorénavant, leur seul adversaire se nomme Petit-Breton (Automoto). Il est 4ème à près de 55’.

JPEG - 32.1 ko
A 24 ans, Philippe Thys remporte sa 1ère grande victoire

- Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Philippe Thys (Bel) en 13h54’23’’
2 Marcel Buysse (Bel) à 17’57’’
3 Gustave Garrigou (Fra) à 29’59’’
4 Firmin Lambot (Bel) à 34’29’’
5 Lucien Petit-Breton (Fra) à 36’17’’
6 Jean Rossius (Bel) à 48’32’’
7 Joseph Vandaele (Bel) à 50’16’’
8 François Faber (Lux) à 52’33’’
9 Paul Hostein (Fra) m.t.
10 Louis Mottiat (Bel) à 1h1’30’’

-  Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Philippe Thys (Bel) en 83h50’48’’
2 Marcel Buysse (Bel) à 5’58’’
3 Gustave Garrigou (Fra) à 31’36’’
4 Lucien Petit-Breton (Fra) à 54’55’’
5 Louis Mottiat (Bel) à 1h2’14’’
6 Jean Rossius (Bel) à 1h19’44’’
7 François Faber (Lux) à 1h22’48’’
8 Firmin Lambot (Bel) à 1h39’29’’
9 Jacques Coomans (Bel) à 3h11’25’’
10 Eugène Christophe (Fra) à 3h33’06’’
<< étape précédente | étape suivante >>