Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1906 > Etape par étape > Etape 2 : Douai - Nancy

Etape 2 : Douai - Nancy

400 km. 6 juillet 1906

- La traversée de « l’Alsace-Moselle »
L’évènement de cette 2ème étape Douai-Nancy réside, après Longwy, dans les 75 km parcourus par le Tour de France en territoires annexés par l’Allemagne depuis le traité de Francfort de 1871.
Même si nous pouvons ne pas le croire, A. Steinès, dans le journal «  L’Auto » affirme « que certains y voient une allusion à la politique. Et pourtant, Dieu sait que nous sommes vierges de toute pensée politique, car, seule la vulgarisation du sport nous guide dans l’organisation de notre grandiose manifestation sportive ».
Lors de la traversée de Metz (km 346), Steinès rend, d’une certaine façon, hommage aux autorités allemandes : « Des gendarmes ont reçu des instructions pour faciliter la course : ces mêmes bons gendarmes teutons ont été invités à s’abstenir de dresser des contraventions pour excès de vitesse. Jamais nous n’aurions obtenu cela de notre administration française. »
Pas question pour autant de s’arrêter en Allemagne. Le Tour poursuit sa route jusque Nancy (ville française), ou plus exactement jusque Maxéville où la banderole a été fixée devant la brasserie Godard.

- Encore des clous
Le départ est donné à minuit un quart. Pas le temps de se mettre en jambes que c’est l’hécatombe. Des clous ont, cette année encore, été jetés sur la route. Seuls 6 coureurs ont réussi à passer au travers de ces embuches et traversent ensemble Cambrai (km 31) à 1h30. Leurs noms ? Petit-Breton, E. Georget, E. Wattelier, Decaup, Catteau et Faber. Pottier compte alors plus d’une demi-heure de retard !
La galère n’est pas finie : les clous perturbent le bon déroulement de l’épreuve jusque Le Cateau. Cette fois, Wattelier et Catteau en subissent les frais, tandis que Faber tombe en escaladant un trottoir. Plus que 3 hommes en tête. Chacun pense que l’étape se jouera entre eux, et ce d’autant plus qu’ils se relaient parfaitement.

- Pottier écœure la concurrence
A Charleville-Mézières (km 167), Petit-Breton, Georget et Decaup possèdent encore 20’ d’avance sur René Pottier. Mais « L’Homme qui ne rit jamais » n’a pas dit son dernier mot. Loin de là. A Longwy (km 267), il n’a plus que 3’ de retard sur ses adversaires qu’il rejoint bientôt. Oui mais Petit-Breton en a gardé sous la pédale et « L’Argentin » pousse aussitôt une accélération qui le propulse seul en tête. Pas pour longtemps. Pottier revient une 2ème fois sur lui avant de le déposer dans la côte qui précède l’arrivée.
Perclus de crampes, Petit-Breton est impressionné. Plus tard, il avouera son infériorité : « Ce garçon-là me glace, me flanque le trac, m’anéantit. Et je n’y peux rien… Jamais je n’avais éprouvé cela, vis-à-vis d’aucun adversaire. (…) Avec Trousselier, par exemple, sur la ligne de départ, nous savons très bien que nous n’allons pas nous ménager, cela ne nous empêche pas de bavarder, de nous informer de notre santé et de nous défier en plaisantant. Avec Aucouturier, le Terrible, c’est tout simple. Il parade, joue au tranche-montagne, on laisse dire, on laisse faire et on attend qu’il soit tordu par les maux d’estomac et les coliques… ce qui s’est produit, cette fois, dès la première étape ! (…) Mais Pottier ? Il arrive, correct toujours, mais réservé, l’air sévère, insondable ! Rien ne transparaît de ses sentiments. Il me dévisage d’une certaine façon et je pense aussitôt qu’il pense : « Voilà le fameux Petit-Breton. Tout le monde l’applaudit, je dois donc battre Petit-Breton. » Tout cela ne repose sur rien de précis et je sais que je me fais des idées, mais impossible d’empêcher mon imagination de courir, et une imagination qui court, chez un coureur, cela double la fatigue nerveuse. » (R. Bastide « Petit-Breton »).

JPEG - 35.6 ko
Facilement reconnaissable à son chapeau, René Pottier a aujourd’hui marqué les esprits.


- Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 René Pottier (Fra) en 14h21’30’’
2 Lucien Petit-Breton (Fra) à 1’30’’
3 Maurice Decaup (Fra) à 9’30’’
4 Emile Georget (Fra) à 27’
5 Georges Passerieu (Fra) à 45’10’’
6 Louis Trousselier (Fra) à 45’11’’
7 François Beaugendre (Fra) à 1h12’45’’
8 Marcel Cadolle (Fra) à 1h29’45’’
9 Edouard Wattelier (Fra) à 1h2946’’
10 Jean-Baptiste Dortignacq (Fra) à 1h34’20’’

- Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Emile Georget (Fra) 5 pts
1 René Pottier (Fra) 5 pts
3 Lucien Petit-Breton (Fra) 7 pts
3 Georges Passerieu (Fra) 7 pts
5 Louis Trousselier (Fra) 9 pts
6 Marcel Cadolle (Fra) 14 pts
7 François Beaugendre (Fra) 16 pts
7 Maurice Decaup (Fra) 16 pts
9 Aloïs Catteau (Bel) 19 pts
10 François Faber (Lux) 10 pts
<< étape précédente | étape suivante >>