Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1937 > Etape par étape > Etape 15 : Luchon - Pau

Etape 15 : Luchon - Pau

194 km. 19 juillet 1937

- Sabotage ?
Le matin de l’étape reine du Tour, alors qu’il effectue une séance d’échauffement, Roger Lapébie (2ème du général) s’affale par terre, le guidon cassé entre les mains. Les Français s’aperçoivent aussitôt qu’il a été scié. Qui a bien pu faire ce coup ? Les soupçons se portent sur un mécanicien Belge de l’équipe de France. Sans preuve, évidemment.
Pas le temps de s’attarder sur ce contretemps, il faut vite adapter un nouveau guidon. Le premier que l’on trouve...Il ne possède pas de porte-bidons ! Tant pis !

- Coup de pompe et réconfort
Dès Peyresourde, le 1er col de la journée, Lapébie lâche du lest. Il concède 2’ de retard au sommet sur Lowie, Maes, Vervaecke, Kint, Vissers, Berrendero et Gallien. Dans le col d’Aspin, le calvaire du champion de France 1933 continue : 6’47’’ de retard. Le Bordelais parle d’abandonner. Ca ne va pas mieux dans le Tourmalet jusqu’à ce qu’il aperçoive Félix Lévitan. Le journaliste, futur directeur-adjoint du Tour de France, le pousse ardemment (les 2 hommes le reconnaîtront plus tard) et lui remonte le moral : le maillot jaune Maes donne des signes de fatigue. Il a demandé à ses équipiers de ralentir la cadence. Ce n’est pas le moment de craquer !
Réconforté, bien épaulé par Chocque et Marcaillou, Lapébie se lance à fond dans la descente pour ne plus compter que 3’ de retard à Argelès. Encore un effort et le peloton de tête est rejoint dans le Soulor !

- Bonification
Vicini (3ème du général) ne s’est jusqu’à présent pas fait remarquer. Il peut enfin produire son effort et franchir l’Aubisque seul en tête. Pas de chance, l’individuel Italien crève dans la descente et se fait dépasser par Julian Berrendero (1912-1995). L’espagnol remporte ici son unique étape dans l’épreuve, lui qui a gagné le Grand Prix de la Montagne l’année dernière.
49’’ plus tard, Lapébie, ressuscité, règle le sprint du peloton pour la 2ème place et s’empare de 45’’ de bonifications.

-  Sanction
Finalement, une excellente journée pour le leader tricolore. Oui mais elle se gâte quelque peu par la suite lorsque Lapébie est accusé d’avoir été poussé dans les cols (par de nombreux supporters, pas par Lévitan car l’incident est passé inaperçu) et d’avoir été ravitaillé de manière illicite par des membres de sa famille. Il est sanctionné d’1’30’’ de pénalités. Le voici donc relégué au général à plus de 3’ de Maes.
L’équipe de France refuse cette sanction. Elle menace de se retirer de l’épreuve. La tension est à son comble...

Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Julian Berrendero (Esp) en 7h1’1’’
2 Roger Lapébie (Fra) à 49’’
3 Jean Fréchaut (Fra)
4 Mario Vicini (Ita)
5 Victor Cosson (Fra)
6 Mariano Canardo (Esp)
7 Sylvère Maes (Bel)
8 Francesco Camusso (Ita) t.m.t.
9 Léo Amberg (Sui) à 1’47’’
10 Paul Egli (Sui) à 3’27’’


Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Sylvère Maes (Bel) en 103h48’30’’
2 Roger Lapébie (Fra) en 103h51’33’’
3 Mario Vicini (Ita) en 103h53’27’’
4 Edouard Vissers (Bel) en 103h58’38’’
5 Albertin Disseaux (Bel) en 104h2’14’’
6 Léo Amberg (Sui) en 104h6’49’’
7 Francesco Camusso (Ita) en 104h13’39’’
8 Jules Lowie (Bel) en 104h21’30’’
9 Sylvain Marcaillou (Fra) en 104h23’40’’
10 Félicien Vervaecke (Bel) en 104h24’47’’
<< étape précédente | étape suivante >>