Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1937 > Etape par étape > Etape 9 : Briançon - Digne

Etape 9 : Briançon - Digne

220 km. 9 juillet 1937

-  Bartali diminué
Mal remis de son traumatisme de la veille, le maillot jaune Gino Bartali a passé une mauvaise journée. Le Toscan, accompagné du fidèle Camusso, a franchi le sommet de l’Izoard avec 3’55’’ de retard sur le groupe de tête. Sa descente aux enfers a continué avec les cols de Vars (10’40’’ de retard) et d’Allos (14’18’’). 16ème de l’étape à 22’33’’ du vainqueur, Bartali se retrouve 6ème du général mais les Pyrénées peuvent peut-être lui permettre de se refaire une santé...

-  Les Belges en profitent...
Bartali handicapé, il n’était pas question que les Belges laissent passer l’occasion. Dès les 1ers kilomètres de l’ascension de l’Izoard, « l’Escadron Noir » (Vervaecke, Maes, Lowie + l’individuel Vissers) a donné le tempo pour ne plus accepter, dans le col de Vars, que la compagnie du Luxembourgeois Mersch et des individuels Vicini et Gallien.
Dans le col d’Allos, Mario Vicini a démontré toute sa valeur. Le Romagnol, né en 1913, a relégué les 4 Flamands (auxquels il faut ajouter le Wallon Disseaux à qui, au sein de le formation d’Outre-Quiévrain, on ne prête pas facilement à boire, selon les affirmations du journaliste Raymond Huttier) à 2’56’’ en haut de cette dernière difficulté mais il devait bientôt accepter le retour de l’armada belge.

- ...Lapébie aussi
Roger Lapébie n’avait jamais particulièrement brillé dans les montées. Lors de cette étape encore, ses prestations, acceptables au demeurant (2’49’’ de retard à l’Izoard, 4’11’’ au col de Vars, 3’15’’ à celui d’Allos) n’appelaient aucun commentaire particulier. Par contre, un peu comme Speicher à qui le champion Bordelais fait souvent penser, Lapébie descend remarquablement bien. Ce qui lui permet souvent de faire de forcing pour recoller au groupe de tête avant, comme aujourd’hui à 30 km de Digne, de profiter d’une accalmie pour placer un contre. Les Belges se sont quelque peu désintéressés de la poursuite et Lapébie a remporté sa 7ème étape dans le Tour, la 1ère en ce qui concerne l’année 1937.

JPEG - 26 ko
Lapébie en pleine descente

-  2 maillots jaunes
Grâce aux 2’56’’ obtenues au sommet du col d’Allos, Vicini est monté sur le podium pour endosser le maillot jaune, jusqu’à ce que l’on s’aperçoive qu’il avait été pénalisé la veille d’1’ pour ravitaillement illégal ! C’était donc Maes le véritable leader du général !
Pour calmer les esprits, il sera décidé que 2 coureurs habillés de jaune repartiront de Digne après-demain.

-  Abandon de Le Grevès
René Le Grevès, vainqueur de 15 étapes depuis ses débuts en 1933, a abandonné après une chute dans la descente de Vars. Le guidon cassé, légèrement blessé à la main et au poignet, le sprinter Breton a préféré s’arrêter, au risque de soulever l’ire de Raymond Huttier : « La vérité, c’est que le Tour de France n’est pas fait, à quelques exceptions près, pour des champions français qui ont un compte en banque et une automobile ou, si l’on aime mieux, qui sont accoutumés à une vie trop facile. Si j’étais à la place de M. Henri Desgrange, directeur de L’Auto et organisateur du Tour de France, je sais bien que je n’hésiterais pas à inscrire sur une liste secrète des coureurs à ne plus jamais prendre pour la grande épreuve, les noms de Maurice Archambaud et de René Le Grevès. »

Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Roger Lapébie (Fra) en 7h27’43’’
2 Félicien Vervaecke (Bel) à 2’47’’
3 Pierre Gallien (Fra) m.t.
4 Jules Lowie (Bel) à 3’16’’
5 Mario Vicini (Ita) à 3’28’’
6 Edouard Vissers (Bel)
7 Albertin Disseaux (Bel)
8 Sylvère Maes (Bel) t.m.t.
9 Henri Puppo (Fra) à 11’2’’
10 Arsène Mersch (Lux) m.t.


Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Sylvère Maes (Bel) en 59h29’32’’
2 Mario Vicini (Ita) en 59h30’7’’
3 Roger Lapébie (Fra) en 59h30’54’’
4 Edouard Vissers (Bel) en 59h31’15’’
5 Albertin Disseaux (Bel) en 59h34’49’’
6 Gino Bartali (Ita) en 59h39’52’’
<< étape précédente | étape suivante >>