Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1937 > Etape par étape > Etape 10 : Digne - Nice

Etape 10 : Digne - Nice

251 km. 11 juillet 1937

- 2 maillots jaunes
Ce matin, à Digne, Sylvère Maes est, sans contestation possible, l’unique leader du classement général avec 35’’ d’avance sur Mario Vicini. Cependant, lors de l’étape précédente, le chronométreur officiel avait omis de tenir compte d’une pénalité d’1’ infligée à l’individuel Italien et Vicini avait endossé le maillot jaune sur le podium. Une erreur qui a pris de telles proportions que les organisateurs ont décidé de lancer l’étape en autorisant les 2 coureurs à porter la Tunique distinctive.

- Les Italiens cadenassés
Les Belges ont parfaitement bloqué la course dans cette étape dite de la «  Boucle de Sospel », traditionnellement réservée aux Transalpins.
Vicini a tout d’abord tenté sa chance dans le col de Nice. Bartali l’a imité dans le col de Braus avant de concéder 52’’ sur Vervaecke, Ezquerra, Vicini et Maes. Le Campionissimo a profité de la descente pour recoller à ce petit groupe, tout comme Lapébie (pointé à 2’23’’ au sommet).

- Vervaecke retrouve la forme
La course s’est décantée après Monaco, dans le col de la Turbie, où, Henri Puppo, revenu lui aussi de l’arrière, s’est lancé à l’attaque, suivi comme son ombre par Félicien Vervaecke. Sans doute le Français, follement encouragé par ses amis venus de Grasse, l’aurait-il emporté s’il n’avait cassé sa roue 2 km avant la ligne et terminé sur un vélo d’emprunt 16ème à 2’52’’.
Cet incident permettait à Vervaecke de tranquillement gagner l’étape et de recouvrer un moral digne de ce champion. N’est-ce-pas lui qui affirmait lors de la journée de repos à Digne : " Je peux vous dire que c’est mon dernier Tour de France. C’est vraiment trop dur, surtout cette année avec le dérailleur.(...) Le Tour, il ne faut pas le faire trop souvent(...). Il faut vraiment avoir besoin de gagner des sous pour s’accrocher tous les jours, quand on n’a plus aucune chance de gagner. J’avais encore besoin d’un peu d’argent pour finir d’arranger mon café, mais quand j’aurai achevé de payer, je sais bien que je n’aurai plus le courage de repartir dans votre histoire. L’an prochain, je ferai plutôt le Tour d’Allemagne ou le Tour d’Italie, car c’est tout de même moins fatigant " ?
Maes et les autres prétendants à la victoire finale franchissaient la ligne 1’46’’ plus tard.

JPEG - 29.9 ko
Vervaecke remporte sa 2ème étape sur le Tour, après celle de Cholet en 1936.


Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Félicien Vervaecke (Bel) en 8h29’19’’
2 Bruno Carini (Ita) à 36’’
3 Federico Ezquerra (Esp) à 1’27’’
4 Gino Bartali (Ita) à 1’46’’
5 Mario Vicini (Ita)
6 Roger Lapébie (Fra)
7 Fabien Galateau (Fra)
8 Mariano Canardo (Esp)
9 Pierre Gallien (Fra)
10 Marcel Laurent (Fra) t.m.t.


Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Sylvère Maes (Bel) en 68h37’’
2 Mario Vicini (Ita) à 35’’
3 Roger Lapébie (Fra) à 1’22’’
4 Edouard Vissers (Bel) à 1’43’’
5 Albertin Disseaux (Bel) à 5’17’’
6 Gino Bartali (Ita) à 10’20’’
<< étape précédente | étape suivante >>