Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1937 > Etape par étape > Etape 7 : Aix-les-Bains - Grenoble

Etape 7 : Aix-les-Bains - Grenoble

228 km. 7 juillet 1937

- Abandon d’Archambaud
Fortement perturbé par l’incident de la veille lors duquel une voiture officielle l’avait renversé et cassé son vélo, Maurice Archambaud n’a plus le moral. Au sommet du Télégraphe, il compte déjà 14’ de retard. Une chute le poussera bientôt à abandonner.
Au mois de novembre, à Milan, « le Nabot » prendra sa revanche en battant le record du monde de l’heure (45,817 km).

- Gallien au Télégraphe
Les 100 premiers kilomètres de course d’Aix-les-Bains à Saint-Michel-de-Maurienne se résument à une simple promenade jusqu’à ce que An. Van Schendel ne lance les hostilités juste avant le Télégraphe. Bien vite, le Hollandais lâche prise et c’est un Parisien de 26 ans, Pierre Gallien qui s’offre une belle escapade. Il passe au sommet 2’6’’ avant Berrendero, Vicini et Lowie, 3’12’’ avant le groupe Bartali-Maes. Le maillot jaune Bautz est en perdition. L’Allemand terminera l’étape 37ème à 17’21’’.

- Bartali confirme sa supériorité
Gino Bartali n’attend pas le col du Galibier pour prendre l’initiative. Il préfère, avec Vicini, se détacher dès la descente du Télégraphe pour ne plus compter qu’1’30’’ de retard sur Gallien au bas du Galibier.
Ce n’est qu’à 3 km du sommet que «  Gino le Pieux » produit son effort, un véritable sprint qui lui permet de déborder le Français avant de basculer vers Bourg d’Oisans. Mais la ligne d’arrivée semble encore bien loin. Le vent de face risque de s’avérer fatal. Pourquoi ne pas attendre Camusso qui effectue une remarquable descente ? Les 2 compères s’associent donc intelligemment puis, dans les derniers kilomètres, Bartali reprend sa route en solitaire. Un coup d’œil sur le règlement permet de comprendre pourquoi Camusso n’a pas accompagné son leader jusqu’au bout. Il y est stipulé que l’écart entre le 1er et le 2ème de chaque étape est reporté au général. Ainsi, les comptes sont vite faits : 1’14’’ (l’écart entre Bartali et Gallien au Galibier) + 1’53’’ (l’écart entre Bartali et Camusso à Grenoble) + 1’30’’ pour la victoire d’étape = 4’37’’ de bonifications.
Voici Bartali en jaune avec une solide avance sur ses adversaires.

JPEG - 35.9 ko
Bartali au sommet du Galibier

- Les malheurs de Maes
Sylvère Maes a franchi le Galibier 4’40’’ après Bartali. Accompagné de Vervaecke et de Lowie, la chasse s’annonçait de toute beauté mais le Flamand a crevé à 2 reprises. Il a terminé l’étape 14ème à 7’17’’.

Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Gino Bartali (Ita) en 8h2’57’’
2 Francesco Camusso (Ita) à 1’53’’
3 Roger Lapébie (Fra) à 2’38’’
4 Sylvain Marcaillou (Fra)
5 Marcel Laurent (Fra)
6 Pierre Gallien (Fra)
7 Jean Frechaut (Fra)
8 Edouard Vissers (Bel)
9 Fabien Galateau (Fra) t.m.t.
10 Settimio Simonini (Ita) à 4’47’’


Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Gino Bartali (Ita) en 45h35’32’’
2 Edouard Vissers (Bel) en 45h54’50’’
3 Erich Bautz (All) en 45h55’27’’
4 Adolf Braeckeveldt (Bel) en 46h1’26’’
5 Sylvère Maes (Bel) en 46h2’7’’
6 Marcel Kint (Bel) en 46h3’5’’
7 Francesco Camusso (Ita) en 46h4’36’’
8 Mario Vicini (Ita) en 46h4’38’’
9 Sylvain Marcaillou (Fra) en 46h5’42’’
<< étape précédente | étape suivante >>