Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1912 > Etape par étape > Etape 11 : Bayonne - La Rochelle

Etape 11 : Bayonne - La Rochelle

379 km. 20 juillet 1912

- 18 à l’arrivée
Henri Desgrange est inquiet. L’étape d’aujourd’hui n’a pas permis au peloton de se désagréger. A Bordeaux, le groupe de tête comptait 40 unités. Ils étaient encore 35 à Blayes, 23 à Saintes. Le patron a bien tenté une manœuvre à Rochefort pour disloquer quelque peu l’ensemble en transformant le passage dans cette ville en contrôle fixe avec obligation de signature. Rien n’y a fait. Garrigou lui a même dit : "Puisque vous voulez nous obliger à signer à Rochefort, eh bien, nous allons nous entendre pour rester ensemble et ne pas nous quitter".
Mais que craint donc Desgrange ? L’arrivée sur la ligne groupée pardi ! Il faudrait des caméras ou un ordinateur pour classer sans l’ombre d’un doute les coureurs lors d’un sprint massif. A La Rochelle, seuls les 6 premiers ont été clairement identifiés. Les 12 autres ont été classés 7èmes ex aequo. Pas grave, me direz-vous ? Mais si ! N’oubliez pas que le classement général se fait à l’addition de points. Aujourd’hui par exemple, le juge n’a pas réussi à repérer Christophe (2ème du général). "Cricri" s’est vu, comme le règlement le stipule, attribué 12,5 pts. Ce qui ne correspond pas à son classement réel. Pas très juste tout cela. Et puis, surtout, Desgrange a peur que ces arrivées en peloton ne se multiplient. Et ce parce que la roue libre a fait son apparition ! Laissons le directeur du journal "L’Auto" s’exprimer à ce sujet : "J’estime que sur 379 kilomètres que comportait l’étape d’aujourd’hui, les coureurs en ont à peine fait la moitié en appuyant sur leurs pédales, tout le reste fut fait en roue libre. Derrière l’homme qui se dévoue pour assurer le train, tous nos gaillards s’installent comme dans un fauteuil, prennent la roue libre ; ils sont en quelque sorte aspirés et couvrent des distances fantastiques sans aucune fatigue. La présence, je le répète, d’hommes comme Everaerts et Deloffre, comme Huret et Engel, par exemple, indique nettement la facilité avec laquelle ils firent cette étape. Existe-t-il un remède à cela ? Nos courses sont-elles sérieusement menacées de décadence par la roue libre ? Le Tour de France serait-il sappé dans sa base par cette admirable petite invention ? Bien fin qui le dira !" Le lendemain, dans ce même quotidien, C. Ravaud insiste : "Ce n’est pas la première fois que je vois la roue libre favoriser un peu trop les hommes de second plan, c’est à dire les routiers qu’on ne voit jamais en tête d’un peloton et qui savent seulement, mais admirablement par contre, coller à une roue qui fuit devant eux. Dans Paris-Menin et dans Paris-Bruxelles, elle rendit les lâchages impossibles. Alors que les années précédentes, nous voyions un Paris-Menin gagné à Amiens, un Paris-Bruxelles couru à la frontière, aujourd’hui, grâce à la roue libre qui est, je le confesse, un bienfait social, une vingtaine de cyclistes couvrent avec la plus belle aisance trois et quatre cent kilomètres ; à mon humble avis, la roue libre a transformé entièrement les courses sur route qui, quel que soit leur distance aujourd’hui, se trouvent réduites à une longue et interminable promenade suivie d’un emballage final passionnant, certes, mais qui ne saurait être du goût d’aucun juge à l’arrivée".
Et si l’on mettait fin à ce classement par points ? Mais ceci est une autre histoire... qui vous sera contée... en 1913.

-  Quelques nouvelles des coureurs
Le sprint est remporté par Jean Alavoine qui s’adjuge sa 3ème étape sur le Tour, les 2 premières datant de 1909. Defraye se classe 6ème. Ce qui conforte son fauteuil de leader. Mottiat, vainqueur de l’étape précédente, a abandonné à Bordeaux, "très sérieusement indisposé".

- Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Jean Alavoine (Fra) en 13h11’
2 Louis Heusghem (Bel)
3 Gustave Garrigou (Fra)
4 Louis Engel (Fra)
5 Philippe Thys (Bel)
6 Odiel Defraye (Bel)
7 Marcel Buysse (Bel)
7 Eugène Christophe (Fra)
7 Hector Tiberghien (Bel)
7 Félicien Salmon (Bel) t.m.t.

- Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Odiel Defraye (Bel) 39 pts
2 Eugène Christophe (Fra) 62,5 pts
3 Gustave Garrigou (Fra) 77 pts
4 Marcel Buysse (Bel) 120 pts
5 Henri Devroye (Bel) 126 pts
6 Philippe Thys (Bel) 131 pts
7 Louis Heusghem (Bel) 131,5 pts
8 Alfons Spiessens (Bel) 133,5 pts
9 Hector Tiberghien (Bel) 134 pts
10 Félicien Salmon (Bel) 144,5 pts
<< étape précédente | étape suivante >>