Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1912 > Etape par étape > Etape 7 : Nice - Marseille

Etape 7 : Nice - Marseille

334 km. 12 juillet 1912

- Christophe en difficulté dans l’Esterel
Le peloton ne semble aucunement disposer à faire la course en ce début d’étape. L’isolé Giovanni Cocchi en profite pour jouer les filles de l’air dès le col de La Turbie. Après avoir effectué la boucle de Sospel, l’Italien est de retour à Nice avec 10’ d’avance sur ses collègues. Il n’est rejoint et dépassé qu’en haut de l’Esterel, après 150 km de course. Faut dire que, sous la conduite de Godivier, l’allure s’est alors accélérée. Christophe (3ème du général) a lâché prise à plusieurs reprises mais, au courage, il est parvenu à garder le contact avec le groupe de tête.

-  Personne ne profite de la crevaison de Defraye !
Nous voici arrivés au contrôle de Fréjus. C’est là que Defraye, en tête du classement général à égalité de points avec Lapize, s’arrête pour réparer une crevaison. La logique voudrait que ce dernier, accompagné de ses équipiers de "La Française", Crupelandt et Godivier, met en route de manière à distancer irrémédiablement son adversaire. Il n’en est rien : "Crupelandt, pendant plus de 80 kilomètres, ne mena pas une seule fois le train, Godivier le mena quelque peu, Christophe pas du tout, et lorsque Lapize eut constaté que la tâche de fuir loin de Defraye lui incomberait seule, il préféra y renoncer presque aussitôt" (H. Desgrange "L’Auto").
Pendant ce temps, Defraye reçoit le soutien de son compatriote Vandenberghe (qui sera pénalisé) et parvient à effectuer la jonction. Pour Lapize, une belle occasion s’est envolée...

- Defraye, grand bénéficiaire de la journée
Les kilomètres défilent ensuite lentement. Les coureurs s’arrêtent pour boire aux fontaines. Godivier préfère s’échapper. Le voici avec 9’ d’avance à Toulon mais le Versaillais tombe "dans les fondrières de la route" du côté de La Ciotat. Dans cette ville, on retrouve en tête Defraye, Lapize, Garrigou et Lambot. Christophe, à la peine durant toute l’étape, et Salmon, malgré une blessure à la jambe, parviennent à recoller à ce groupe qui sprinte à Marseille devant ... 5 spectateurs ! Une grève des "inscrits maritimes" a en effet privé les organisateurs de tout service d’ordre. Ceux-ci ont dès lors décidé de garder secret le lieu de l’arrivée. Et c’est Odiel Defraye qui s’est imposé. Lapize, 4ème, a perdu 3 points ; Christophe, 5ème, un de plus.

JPEG - 11.8 ko
Alphonse Baugé, le tout puissant directeur sportif d’Alcyon entoure Defraye (à gauche) et Garrigou (à droite) à Marseille

- Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Odiel Defraye (Bel) en 12h6’
2 Gustave Garrigou (Fra)
3 Firmin Lambot (Bel)
4 Octave Lapize (Fra)
5 Eugène Christophe (Fra)
6 Félicien Salmon (Bel) t.m.t.
7 René Vandenberghe (Bel) à 6’
8 Philippe Thys (Bel) m.t.
9 Charles Crupelandt (Fra) à 8’
10 Henri Devroye (Bel) à 10’

- Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Odiel Defraye (Bel) 32 pts
2 Octave Lapize (Fra) 35 pts
3 Eugène Christophe (Fra) 38 pts
4 Gustave Garrigou (Fra) 56 pts
5 Hector Tiberghien (Bel) 98 pts
5 François Faber (Lux) 98 pts
7 Henri Devroye (Bel) 102 pts
8 Charles Deruyter (Bel) 104 pts
8 Marcel Buysse (Bel) 104 pts
10 Alfons Spiessens (Bel) 107 pts
<< étape précédente | étape suivante >>