Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1909 > Etape par étape > Etape 3 : Metz - Belfort

Etape 3 : Metz - Belfort

259 km. 9 juillet 1909

-  Rebelote
Souvenez-vous des conditions atmosphériques déplorables de la 1ère étape. Eh bien, les coureurs ont connu les mêmes aujourd’hui ! «  La pluie a commencé à tomber à 1 heure du matin et, de Metz à Belfort, elle n’a pas cessé un instant. » (…) «  En trois minutes, les vêtements des « Tours de France » furent transpercés. Ils ne se firent aucune illusion. Il s’agissait pour eux de recommencer le calvaire de la seconde étape, et la plupart arrivèrent à Nancy comme de pauvres loques, incapables du moindre effort » (H. Desgrange).

- Faber de plus en plus impressionnant
A Nancy justement, après 60 km de course, François Faber possède déjà plus de 5’ d’avance sur ses adversaires, Cyriel Van Houwaert excepté. Les 2 hommes s’étaient enfuis dès les 3 premiers kilomètres de course.
Il a ensuite suffi d’une légère côte, à Baccarat, pour que le «  Géant de Colombes » s’en aille seul : «  Van Houwaert, l’homme de la boue, le rude Belge, s’effondrait, irrémédiablement transi de froid, tandis que Faber, les joues rouges, le sang circulant à l’aise, s’envolait littéralement. A Epinal, il avait trois quart d’heure d’avance sur Van Houwaert, mort de froid et qui voulait abandonner. A Remiremont, où il venait de crever, il surveilla lui-même le changement de son boyau et donna posément des indications : chaque fois qu’il remuait ses doigts de pied, ses souliers rejetaient une eau noirâtre. Sur son maillot, des crottes de boue s’imbriquaient. Il avait à peine fait 1000 mètres au Ballon d’Alsace qu’il creva à nouveau. Il s’arrêta posément, fit admirablement son changement et, comme une vieille paysanne s’arrêtait devant lui, il lui demanda en riant, de son bon gros sourire bon enfant, « si elle n’avait pas une fille à marier ! » puis il repartit à la conquête du Ballon. Pendant ces 10 redoutables kilomètres, de montée, ses bielles puissantes s’abattirent régulièrement sans à-coup. Nul déhanchement vilain, mais le souple et irrésistible fonctionnement d’une machine assez puissante pour venir à bout de toutes les tâches. Je lui ai chronométré un kilomètre en 4’35’’, un autre en 4’31’’, un troisième en 5’2’’ et le dernier en 4’59’’. » (H Desgrange «  L’Auto »)

JPEG - 18.4 ko
La réparation de Faber dans le Ballon d’Alsace

- Tous battus
Van Houwaert a finalement terminé l’étape en 6ème position à 1h9’ de Faber.
Lapize, 2ème du général ce matin, ne s’est pas remis de ses efforts consentis lors de l’étape précédente. Du sable projeté par sa roue arrière s’était glissé entre son cuissard et sa peau, ce qui lui a mis les chairs à vif. « Le Frisé » s’est arrêté à Nancy pour s’acheter un nouveau pantalon de meilleur confort et, surtout, un médecin lui a fait une piqûre de cocaïne pour atténuer sa souffrance. Le pauvre est arrivé à Belfort, à la nuit tombée, en 53ème position, 9h39’ après Faber !
La plupart des Italiens (Ganna, Galetti, Canepari...) ont abandonné, transis de froid.
Désormais, c’est Gustave Garrigou qui pointe à la 2ème place du général à 10 points du solide leader.

- Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 François Faber (Lux) en 9h28’
2 Gustave Garrigou (Fra) à 33’
3 Eugène Christophe (Fra) à 1h
4 Ernest Paul (Fra)
5 Constant Ménager (Fra) t.m.t.
6 Cyriel Van Houwaert (Bel) à 1h9’
7 Paul Duboc (Fra) à 1h26’
8 Jean Alavoine (Fra) à 1h28’
9 Julien Maitron (Fra) à 1h29’
10 Julien Gabory (Fra) m.t.

- Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 François Faber (Lux) 4 pts
2 Gustave Garrigou (Fra) 14 pts
3 Eugène Christophe (Fra) 15 pts
4 Cyriel Van Houwaert (Bel) 16 pts
5 Ernest Paul (Fra) 25 pts
6 Constant Ménager (Fra) 26 pts
7 Paul Duboc (Fra) 30 pts
8 Charles Cruchon (Fra) 37 pts
9 Jean Alavoine (Fra) 38 pts
9 Louis Trousselier (Fra) 38 pts

 

<< étape précédente | étape suivante >>