Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1919 > Etape par étape > Etape 11 : Grenoble - Genève

Etape 11 : Grenoble - Genève

325 km. 19 juillet 1919

- Le premier maillot jaune de l’histoire
Ce samedi 19 juillet 1919 restera gravé dans l’histoire du Tour de France. A 2 heures du matin, le leader du classement général, Eugène Christophe, s’élance de Grenoble avec un maillot distinctif, de couleur jaune, comme le journal «  L’Auto », organisateur de l’épreuve.
Pour l’heure, « le Vieux Gaulois » ne semble pas se rendre compte de l’importance de l’événement. Tout juste accepte-t-il les quolibets de ses collègues (« Qu’est ce qu’elle fait, Madame Cri-Cri ? ») avant de se concentrer sur le profil de cette dernière étape alpestre (Lautaret, Galibier, Aravis) qu’il aborde avec 23’ d’avance sur son suivant, le belge Firmin Lambot.

JPEG - 21.8 ko
Eugène Christophe (1885-1970), le premier maillot jaune de l’histoire

- Barthélémy hors-concours
Bourg d’Oisans est traversé à 4h15. L’ascension du col de Lautaret commence peu après. Les coureurs sont prévenus : surtout, se méfier des nombreux tunnels dépourvus d’éclairage. Tout se basse bien. Honoré Barthélémy peut, fidèle à ses habitudes, jouer les filles de l’air. Le voilà au sommet avec 2’ d’avance sur Lucotti et 5’ sur le « groupe maillot jaune » (Christophe, Lambot, Alavoine, Scieur).
Ensuite, le Galibier que « Noré » traverse entre deux murs de neige. Quelques chiffres si vous le voulez bien : Barthélémy a adopté un développement de 44X24 (= 3,27 m) pour gravir les 5,3 km à 11% de moyenne en 38’59’’, autrement dit à 8,2 km/h de moyenne. Lucotti passe 4’55’’ plus tard. Christophe, Lambot et Alavoine sont à 11’30’’.
Au moment d’aborder les Aravis, Barthélémy bénéficie encore d’un crédit de 10’ sur un peloton reconstitué. Il fait à nouveau étalage de sa supériorité (16’ sur Lambot et Lucotti au col) avant de gérer son avance jusque Genève.
4 victoires sur 5 en montagne pour « le Rouquin » mais seulement une 4ème place au général. De quoi nourrir des regrets : « Je me suis vu battu dès le premier coup de pédale, aussi ai-je fait le zouave à la première occasion. La première étape a été pour moi une balade d’Audax. A la deuxième crevaison, j’ai tout laissé aller sans m’occuper de ce qu’il adviendrait, et en me disant seulement que ce serait déjà bien si j’arrivais à finir. Ah, si j’avais su ! » (« L’Auto » du 1 août 1919).

- Christophe bien parti pour gagner le Tour
Dans le col des Aravis, Lambot a jeté ses derniers feux et a enfin réussi à décrocher Christophe. Le belge est passé en haut, en compagnie de Lucotti, 2’ avant le maillot jaune. A Annecy, l’écart est passé à 4’ mais les crevaisons jouent un rôle prépondérant à cette époque. C’est au tour de Lambot d’en subir les méfaits. Le temps de changer de boyau et Christophe l’a rattrapé.
Les Alpes sont passés. Cri-Cri a fait le plus dur...

Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Honoré Barthélémy (Fra) en 12h46’41"
2 Luigi Lucotti (Ita) à 10’8"
3 Jean Alavoine (Fra) à 15’6"
4 Léon Scieur (Bel)
5 Eugène Christophe (Fra)
6 Firmin Lambot (Bel) t.m.t.
7 Jacques Coomans (Bel) à 26’1"
8 Paul Duboc (Fra) à 1h19’50"
9 Alfred Steux (Bel) à 3h13’39"
10 Jules Nempon (Fra) m.t.


Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Eugène Christophe (Fra) en 167h16’56’’
2 Firmin Lambot (Bel) à 23’19"
3 Jean Alavoine (Fra) à 39’51"
4 Honoré Barthélémy (Fra) à 2h49’39"
5 Léon Scieur (Bel) à 3h24’31"
6 Jacques Coomans (Bel) à 12h51’9"
7 Alfred Steux (Bel) à 13h56’42"
8 Luigi Lucotti (Ita) à 15h44’29"
9 Paul Duboc (Fra) à 15h46’55"
10 Joseph Vandaele (Bel) à 16h12’35"
<< étape précédente | étape suivante >>