Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1908 > Etape par étape > Etape 3 : Metz - Belfort

Etape 3 : Metz - Belfort

259 km. 17 juillet 1908

-  Les déboires de Passerieu
Ce matin, Georges Passerieu pointait en tête du classement général à égalité de points avec Petit-Breton.
Depuis lors, «  L’Anglais de Paris » a connu une véritable galère. Il a tout d’abord cassé sa selle quelques kilomètres après le départ avant de crever une première fois. Le voici avec 7’ de retard à Nancy. Pas trop grave, Passerieu se met à la poursuite des leaders mais il tombe, se fait une entaille profonde au genou et, surtout, tord sa manivelle gauche. Il lui faut pédaler d’une jambe jusque Baccarat où il remplace sa pédale.
Devant, le peloton n’est pas pressé de se confronter au Ballon d’Alsace. Peut-être peut-il encore recoller ? Las, une nouvelle crevaison le handicape à Remiremont. Passerieu se classera 30ème à Belfort à 59’ du vainqueur. Il se retrouve 5ème du général !

JPEG - 45.3 ko
La chute de Passerieu.
A droite, Albert Dupont vient de tomber dans le purin...

- Garrigou au Ballon d’Alsace
16 coureurs abordent ensemble à 11h18 la grande difficulté du jour, le Ballon d’Alsace. Bien vite, François Faber (1,83 m ; 80 kg selon Petit-Breton ; plus vraisemblablement 1,78 m comme le prouve son livret militaire) lâche prise tandis que Gustave Garrigou «  s’envole » dans « un froid sibérien », sous «  une averse diluvienne » (H. Desgrange «  L’Auto »). L’Aveyronnais bascule au sommet devant le monument élevé à la gloire du regretté Pottier. Petit-Breton le suit à 300 m. On s’attend à voir apparaître en 3ème position Van Houwaert. C’est, à la surprise générale, le Géant Faber qui revient du diable Vauvert pour se joindre à Petit-Breton et mener la chasse dans la descente derrière Garrigou.

- Faber remporte sa 1ère grande victoire
Peu à l’aise dans les descentes, Garrigou tombe dans un virage à Giromagny avant de se faire rejoindre par Petit-Breton et Faber. Au sprint, «  L’Argentin » semble un moment l’emporter. Non, le «  Géant de Colombes » le remonte peu à peu et s’impose d’une longueur : « Enfin, c’est mon tour », s’exclame Faber à l’arrivée, «  je vous garantis que je ne le regrette pas car déjà je projetais de reprendre mon ancien métier de terrassier ».
3ème de Paris-Roubaix cette année, à 21 ans, le Parisien (Faber sera naturalisé luxembourgeois en 1909) a mal démarré la Grande Boucle où il ne figurait, ce matin, qu’à la 26ème place. Sa victoire à Belfort le fait remonter à la 13ème. En attendant mieux…

- Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 François Faber (Fra) en 9h13’
2 Lucien Petit-Breton (Fra)
3 Gustave Garrigou (Fra) t.m.t.
4 Henri Cornet (Fra) à 6’
5 Georges Paulmier (Fra)
6 Cyrille Van Houwaert (Bel)
7 Paul Duboc (Fra) t.m.t.
8 Jean-Baptiste Dortignacq (Fra) à 12’
8 Giovanni Rossignoli (Ita)
10 Clemente Canepari (Ita) t.m.t.

- Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Lucien Petit-Breton (Fra) 5 pts
2 Luigi Ganna (Ita) 20 pts
3 Gustave Garrigou (Fra) 24 pts
4 Henri Lignon (Fra) 32 pts
5 Georges Passerieu (Fra) 33 pts
6 Charles Cruchon (Fra) 38 pts
7 Cyrille Van Houwaert (Bel) 39 pts
8 Ernest Paul (Fra) 43 pts
8 Henri Cornet (Fra) 43 pts
10 Georges Paulmier (Fra) 48 pts

 

<< étape précédente | étape suivante >>