Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1969 > Etape par étape > Etape 6 : Mulhouse - Ballon d’Alsace

Etape 6 : Mulhouse - Ballon d’Alsace

133,5 km. 4 juillet 1969

-  Altig y croit toujours
Van Impe passe en tête au sommet du Grand Ballon (km 38,5). Sans conséquence. Péruréna parvient à se détacher quelque peu dans la descente. Rattrapé par Altig (Salvarani), l’espagnol n’insiste pas, contrairement à l’allemand qui franchit le col de Grosse-Pierre (km 76,5) avec 1’5’’ d’avance sur les hommes forts du peloton.

- « Eddy Ier »

JPEG - 9.7 ko
Une ère nouvelle dans l’histoire de la Grande Boucle

Jusqu’à présent, il était coutume de dire qu’il fallait posséder une équipe solide pour prétendre gagner un Tour de France. Avec l’avènement de Merckx, il est temps de réviser ses classiques : «  Du début à la fin de cette étape, il a donné le ton, dynamitant le peloton, orientant constamment la course, relançant l’action lorsque le rythme paraissait fléchir, sans la moindre aide de coéquipiers rapidement semés » (René Deruyk).
Puis, à 45 km du sommet du Ballon d’Alsace, terme de cette 6ème étape, alors que Wagtmans (Willem II Gazelle) s’est déjà lancé à la poursuite d’Altig, Merckx accélère une nouvelle fois. Seuls Joaquim Galera (Fagor) et Roger De Vlaeminck (Flandria) s’accrochent à son sillage. Après une centaine de kilomètres de course, Wagtmans et Altig sont récupérés. Merckx continue. Avec l’aide épisodique de son compatriote, il creuse considérablement les écarts avant d’aborder la dernière difficulté du jour. Là, Wagtmans, De Vlaeminck (qui a chuté puis est revenu au prix d’un bel effort) et Galera sont lâchés. Altig résiste jusqu’à 3 km de l’arrivée avant de laisser filer « Eddy Ier » vers une inexorable victoire.

-  Et les autres ?
Lorsque Merckx s’est envolé, Gimondi et Poulidor, victimes de crevaisons quelques kilomètres auparavant, pouvaient légitimement invoquer le besoin de récupérer. Ils ont, ensuite, assuré, avec Pingeon, l’essentiel du travail mais sans jamais coordonner leur action. Chacun avait sans doute peur de payer l’addition lors de l’ascension finale.
Résultat : 14 coureurs (Janssen, Gimondi, Pingeon, Van Impe, Gandarias, Poulidor, Aimar, Vianelli, Delisle...) avec 4’21’’ de retard au sommet du Ballon d’Alsace. La Bérézina !
Quant au maillot jaune Letort (27ème à 6’22’’) et à Van Springel (34ème à 8’20’’), c’est pire encore.

- Ocana courageux
Luis Ocana (Fagor) a chuté dans la descente du Grand Ballon au 64ème km : « Gimondi devant moi a fait un écart. En voulant l’éviter, j’ai roulé sur l’herbe. Un poteau m’a renvoyé sur la route et je suis tombé. »
L’espagnol de Mont-de-Marsan a effectué les trois quart de la course dans un état de semi-inconscience, poussé par 5 équipiers dans le Ballon d’Alsace avant de s’effondrer sur la ligne, 66ème à 17’25’’ de Merckx.

Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Eddy Merckx (Bel) en 3h37’25’’
2 Joaquim Galera (Esp) à 55’’
3 Rudy Altig (RFA) à 1’55’’
4 Roger De Vlaeminck (Bel) à 4’16’’
5 Wilfried David (Bel) à 4’21’’
6 Jan Janssen (PB)
7 Felice Gimondi (Ita)
8 Roger Pingeon (Fra)
9 Jean-Claude Theillière (Fra)
10 Marinus Wagtmans (PB) t.m.t.


Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Eddy Merckx (Bel) en 28h4’44’’
2 Rudy Altig (RFA) à 2’3’’
3 Jan Janssen (PB) à 4’41’’
4 Felice Gimondi (Ita) à 4’50’’
5 Raymond Poulidor (Fra) à 4’56’’
6 Pierfranco Vianelli (Ita) m.t.
7 Roger De Vlaeminck (Bel) à 5’5’’
8 Roger Pingeon (Fra) à 5’6’’
9 Derek Harrison (GB) m.t.
10 Marinus Wagtmans (PB) à 5’15’’
<< étape précédente | étape suivante >>