Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1929 > Etape par étape > Etape 11 : Perpignan - Marseille

Etape 11 : Perpignan - Marseille

366 km. 13 juillet 1929

- Une longue journée de travail
Départ de Perpignan à 2h du matin ; Narbonne à 4h35 ; Béziers à 5h25 ; Sète à 7h10. De Lunel à Arles, la route est remplie de trous. La poussière dessèche les gorges. Ensuite, c’est la fournaise de la Crau. Après ce long calvaire, les coureurs arrivent à Salon à 12h33.
Dans la montée de Gardanne, Leducq (8ème du général à 1h20 de De Waele) accélère la cadence. Pour martyriser quelque peu Antonin Magne, avouera-t-il plus tard : « il avait quelques lentilles sur la tirelire du rez-de-chaussée, lisez : quelques furoncles mal placés (…) J’entretenais encore, à ce moment, l’espoir de terminer premier Français du classement général. Et puis, je l’ai encore regardé Tonin, tout pâle et transpirant, mais appliqué, les dents serrées, à ne pas perdre un pouce de terrain… Non ! Honnêtement, je ne pouvais pas lui faire cela…. ». Le peloton se disloque quand même. De Waele disparaît de la bataille mais le maillot jaune parvient à recoller dans les faubourgs de Marseille où 25 hommes se disputent le sprint.

- Leducq au bout de l’effort
Poursuivons le récit que nous relate "Dédé" dans « Une Fleur au Guidon » : « Nous arrivions sur l’hippodrome du Parc Borély. Jef Demuysère, un Belge de l’équipe Génial-Lucifer, un méchant fonceur, tout en muscles courts et saillants, a attaqué de loin, 600 m, plus peut-être. Je me suis dévoué pour lui courir après, et j’étais en tête à l’entrée de la ligne droite. Un hippodrome, ce n’est pas une piste cycliste et je commençais à trouver le temps long, très long, quand j’ai entendu, sur ma gauche, un bruit à peu près comparable à celui d’un buffle lancé au galop. Un coup d’œil sous mon bras replié, c’était Frantz, ce bon vieux Nicolas qui déboulait. Alors, les mâchoires serrées à les craquer, les bras tendus pour projeter mon vélo à l’avant, j’ai mis toute ma rage dans un ultime coup de rein… Je suis resté plus d’une demi-heure sur la pelouse, après cela, la poitrine en feu, les oreilles bourdonnantes, un voile devant les yeux. Les clameurs du public m’ont appris que j’avais gagné. Je garde le souvenir de ce sprint comme l’un des plus beaux de ma carrière, car je l’ai enfanté dans la douleur du coureur en petite forme, obligé de cravacher à l’agonie pour tenir son rang ».

- Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 André Leducq (Fra) en 13h37’29’’
2 Nicolas Frantz (Lux)
3 Charles Pélissier (Fra)
4 Julien Delbecque (Bel)
5 Hector Martin (Bel)
6 Antonin Magne (Fra)
7 Omer Taverne (Bel)
8 Charles Govaert (Bel)
9 Jef Demuysere (Bel)
10 Giuseppe Pancera (Ita) t.m.t.

- Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Maurice De Waele (Bel) en 93h10’35’’
2 Jef Demuysere (Bel) en 93h20’20’’
3 Giuseppe Pancera (Ita) en 93h32’32’’
4 Louis Delannoy (Bel) en 93h35’17’’
5 Nicolas Frantz (Lux) en 93h46’17’’
6 Salvador Cardona (Esp) en 93h48’17’’
7 Antonin Magne (Fra) en 93h56’56’’
8 André Leducq (Fra) en 94h20’37’’
9 Frans Bonduel (Bel) en 94h33’31’’
10 Pierre Magne (Fra) en 94h34’1’’
<< étape précédente | étape suivante >>