Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1923 > Etape par étape > Etape 6 : Bayonne - Luchon

Etape 6 : Bayonne - Luchon

326 km. 4 juillet 1923

- F. Pélissier victime d’un accident
A 2 heures du matin, 83 coureurs s’élancent de Bayonne. A 8 heures, les voici à Oloron où, Dejonghe, blessé à la selle, abandonne. A 10 heures, c’est l’Aubisque. Bottecchia et Jacquinot se sentent pousser des ailes mais ils sont rejoints dans la descente par les frères Pélissier. Ces 4 hommes passent à Argelès-Gazost à 11h51 avec 6’ d’avance sur Alavoine, 7’ sur Scieur, 9’ sur le maillot jaune Bellenger. Dans la montée du Tourmalet, Jacquinot et Bottecchia repartent de l’avant tandis qu’un accident stupide brise les ambitions personnelles de Francis Pélissier : « Henri s’arrête pour se désaltérer à une source. Je descends de vélo pour l’attendre. Mon regard s’est détourné de la route et je n’ai pas vu surgir une automobile qui m’a accroché au passage, me projetant violemment à terre. Ce chauffard, qui ne semblait plus maître de sa direction, aurait pu me fracasser les os. Il n’a bousillé qu’une partie de mon vélo. » (...) « Il y avait Henri devant, qui gardait toutes ses chances et qui comptait sur moi. Je ne pouvais pas laisser ça là. Et j’ai dû jouer, comme Christophe, au petit mécano d’infortune. J’ai mis plus d’une heure à redresser ma fourche arrière à l’aide d’une pierre. Passaient des coureurs et des suiveurs en automobile ou à moto. On me photographiait, on me plaignait, on m’encourageait mais personne n’avait le droit de me porter assistance. » (R. Bastide « La légende des Pélissier »).
«  Le Sorcier » terminera 42ème de l’étape à 3h31’.

- Alavoine en bon gestionnaire
Pendant ce temps, Robert Jacquinot franchissait le col du Tourmalet avec 10’ d’avance sur ses poursuivants. Le Pantinois semblait toujours aussi à l’aise dans le col d’Aspin. Peut-être pensait-il pouvoir vaincre le col de Peyresourde, dernière difficulté avant Luchon ? Il n’en était pas loin mais, à 500 m du sommet, « les yeux hagards, la bouche pendante et tellement sans force qu’il ne pouvait même plus mâcher la nourriture réparatrice qu’il tentait d’ingurgiter », Jacquinot descendait de machine et s’allongeait dans le fossé. Quelques minutes plus tard, il se relevait et terminait la montée à pied. C’est à ce moment que Jean Alavoine le dépassait et lui lançait : « Alors, ça va pas, Robert, tu rames ? ». Théâtral, Jacquinot lui faisait acte d’allégeance : « Je tire ma casquette. Ça vaut ça. » (« Miroir des Sports »).
Et Alavoine, très discret depuis le départ de Paris (13ème du général à 41’37’’ de Bellenger), s’en allait remporter sa 14ème étape sur le Tour et se replacer à la 2ème position au classement général.

- Bottecchia récupère la Tunique
Ottavio Bottecchia a, tout comme Jacquinot, surestimé ses forces. L’Italien a difficilement fini 6ème de l’étape. Pas grave car, 2ème du général ce matin, « le Maçon du Frioul » profite de la baisse de régime de Bellenger (12ème à 52’59’’) pour endosser le maillot jaune.

- Les Belges en perdition
Vainqueurs de l’épreuve depuis 1911, les Belges ont terriblement souffert aujourd’hui.
Firmin Lambot a cassé sa manivelle en début d’étape (il affirmera qu’elle a été sciée). Contraint de faire demi-tour pour la réparer, il se classera 38ème à 3h3’.
Léon Scieur était encore en bonne position au Tourmalet avant, selon ses dires, de boire un bidon de café empoisonné et de se liquéfier (35ème à 2h57’). Il faudra bientôt l’hospitaliser pendant 8 jours.
Philippe Thys (19ème à 1h16’) s’en est mieux sorti mais le triple vainqueur de l’épreuve a perdu toute chance de vaincre.
Finalement, le Belge le plus dangereux s’appelle Hector Tiberghien. Né à Wattrelos en 1890, ses meilleures performances le classent à la 7ème place du général en 1912 et en 1921, à la 6ème en 1922.

Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Jean Alavoine (Fra) en 16h5’22’’
2 Robert Jacquinot (Fra) à 16’5’’
3 Joseph Normand (Fra) à 16’46’’
4 Henri Pélissier (Fra) à 23’18’’
5 Camille Botte (Bel) à 24’31’’
6 Ottavio Bottecchia (Ita) à 27’15’’
7 Lucien Buysse (Bel) à 36’38’’
8 Arsène Alancourt (Fra) à 40’38’’
9 Henri Collé (Sui) à 41’38’’
10 Paul Duboc (Fra) à 51’36’’


Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Ottavio Bottecchia (Ita) en 96h6’11’’
2 Jean Alavoine (Fra) en 96h14’39’’
3 Romain Bellenger (Fra) en 96h28’1’’
4 Henri Pélissier (Fra) en 96h28’19’’
5 Hector Tiberghien (Bel) en 96h34’55’’
6 Eugène Dhers (Fra) en 96h54’
7 Marcel Huot (Fra) en 97h7’52’’
8 Félix Goethals (Fra) en 97h10’29’’
9 Lucien Buysse (Bel) en 97h14’11’’
10 Henri Collé (Sui) en 97h17’46’’
<< étape précédente | étape suivante >>