Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1923 > Etape par étape > Etape 2 : Le Havre - Cherbourg

Etape 2 : Le Havre - Cherbourg

371 km. 26 juin 1923

- Jacquinot porté disparu
Malgré les crevaisons qui s’accumulent, le groupe reste compact durant la majeure partie de l’étape. La première animation n’intervient que dans la côte de Saint-Cosne-au-Fresne lorsque Goethals et F. Pélissier démarrent. Nos 2 fugitifs sont bientôt rejoints par une vingtaine de coureurs mais le maillot jaune Robert Jacquinot ne fait pas partie de la liste. Le Pantinois terminera 47ème à 35’47’’ du vainqueur.

- Bottecchia, le 1er maillot jaune italien
Henri Pélissier (10ème de l’étape) se souvient parfaitement de ses impressions ce jour là : «  L’ami Romain Bellenger, pur produit de Noisy-le-Sec, est fier de rappeler ses origines normandes et il porte une affection toute particulière à l’étape Le Havre - Cherbourg. Il l’a gagnée en 1921 et 1922. On ne se refait pas, l’envie me vient de l’asticoter et j’oublie mes bonnes résolutions de prudence. On démarre et redémarre avec Francis. Je crève, je reviens. L’arrivée doit être jugée au sommet de la côte d’Octeville. Je surveille Romain, je le défie du regard. Nous nous plaçons chacun d’un côté de la route pour en découdre à la régulière. Et un coureur démarre au milieu de la chaussée. Un petit écervelé, sûr. Nous sommes à plus de 2 km de la banderole et il s’offre en point de mire. Ouais ! Il ne se retourne pas une seule fois. Il nous tient à 50 m de distance et impossible de le rejoindre. Il porte un maillot violet Automoto, comme moi et je me suis fait une raison. Je n’ai plus insisté. Après tout, Bellenger est bien possédé et c’est ce que je voulais. Il a été aussi surpris que moi et s’est même fait souffler la 2ème place par Mottiat. Je me souviens de mon exclamation, descendu de vélo, à l’adresse de Francis : « Dis donc, il pèse lourd, ce gars-là ! » Mais qui est-il ? D’où vient-il ? On s’est assis à la même table 3 jours de suite déjà il n’a pas desserré les dents. Il s’appelle Ottavio Bottecchia et ne parle pas un mot de français » (...)
« Il a vu des gens de plus en plus nombreux qui gesticulaient et il en a conclu qu’on devait se rapprocher de l’arrivée. Il a donc démarré comme ça, à vue de nez, il a gagné et il a pris le maillot jaune. Incroyable ce type ! Un de ses amis, coureur pro de la région du Frioul, Piccin, l’a recommandé au journaliste Fabio Orlandini qui l’a recommandé aux cycles Automoto. Bottecchia a fait la guerre dans le corps d’élite des Bersaglieri. Trois fois prisonniers des Autrichiens, il s’est évadé les trois fois et la troisième en ramenant sa mitrailleuse dans les lignes italiennes ! Il a débuté dans les compétitions cyclistes en 1920, à l’âge de 26 ans. Professionnel en 1922, il n’a pas été convaincu par une place de 8ème dans le Tour de Lombardie et il décide de raccrocher. Son métier de maçon dans son village de Colle Umberto près de Vittorio Veneto, lui paraissait d’un avenir plus sûr. Son ami Piccin a fini par le convaincre du contraire. Revenu aux compétitions, Bottecchia s’est classé 5ème du Giro 1923, gagné inévitablement par Costante Girardengo, et premier de la catégorie isolés. Et dans ce Tour, il doit se sentir plus isolé encore. On ne peut guère engager le dialogue avec lui. Il a des allures de paysan effarouché mais à vélo, chapeau, quelle allure !
 » (R. Bastide « La légende des Pélissier »).

-  L’écœurement
Cette étape est réputée pour être celle du silex et des crevaisons. Barthélémy (3ème en 1921 ; 5 étapes) a percé 8 ou 9 fois. Avec Rossius (4ème en 1914 ; 5 étapes) et Gerbaud, sans boyaux de rechange, ils s’arrêtent à Carentan (km 316) chez un marchand de pneus, posent leur bicyclette contre le mur et entrent. Un motocycliste arrive à toute allure, manque son virage et écrase leur vélo. Résultat : fourches tordues, roues cassées, pédales démolies. Il faut tout réparer avant de reprendre la route et atteindre Cherbourg avec 1h33’16’’ de retard.
Les 3 hommes abandonneront lors de l’étape suivante.

Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Ottavio Bottecchia (Ita) en 14h11’41’’
2 Louis Mottiat (Bel)
3 Romain Bellenger (Fra) t.m.t.
4 Joseph Normand (Fra) à 2’’
5 Léon Despontin (Bel)
6 Lucien Rich (Fra) t.m.t.
7 Camille Botte (Bel) à 47’’
8 Firmin Lambot (Bel) à 1’9’’
9 Léon Scieur (Bel) m.t.
10 Henri Pélissier (Fra) à 1’46’’


Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Ottavio Bottecchia (Ita) en 28h3’32’’
2 Romain Bellenger (Fra) en 28h5’32’’
3 Léon Scieur (Bel) en 28h6’41’’
4 Joseph Vandaele (Bel) en 28h11’3’’
5 Lucien Rich (Fra) en 28h11’40’’
6 Firmin Lambot (Bel) en 28h12’47’’
7 Francis Pélissier (Fra) en 28h13’49’’
8 Gaston Degy (Bel) en 28h16’47’’
9 Léon Despontin (Bel) en 28h17’1’’
10 Hector Tiberghien (Bel) en 28h18’7’’
<< étape précédente | étape suivante >>