Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1980 > Etape par étape > Etape 13 : Pau - Bagnères-de-Luchon

Etape 13 : Pau - Bagnères-de-Luchon

200,4 km. 10 juillet 1980

- On renoue avec la tradition
Les organisateurs ont décidé de la jouer « classique » en proposant les 4 plus célèbres cols pyrénéens : Aubisque (km 56,5), Tourmalet (km 122,5), Aspin (km 152,5) et Peyresourde (km 183) à 15 km de l’arrivée à Luchon.

-  Le Guilloux en l’absence du patron
Orphelin depuis l’abandon surprise d’Hinault la veille au soir, les Renault ont décidé de donner le change en lançant dès le départ sous la pluie Maurice Le Guilloux. Le voici au pied de l’Aubisque avec 10’20’’ d’avance sur le peloton, alors que son coéquipier Bertin met pied à terre, victime d’une tendinite. Au sommet, Le Guilloux ne possède plus qu’1’30’’ d’avance sur Nilsson, 1’50’’ sur un peloton réduit à une trentaine d’unités. Dans la vallée, c’en est fini pour le baroudeur de chez Renault.

- Le solo Martin
Avant d’aborder le Tourmalet, à 94 km de Luchon, Raymond Martin (Mercier) se détache pour franchir le géant pyrénéen 1’ avant Belda, 1’57’’ avant Nilsson, 2’ avant le nouveau leader du général, Zoetemelk. Un moment, le doute s’installe quant à l’issue de cette échappée solitaire puis le normand reprend du champ (3’20’’ au sommet d’Aspin, 4’35’’ à celui de Peyresourde) et remporte, à 31 ans, sa seule étape sur le Tour. Déjà vainqueur au mont Revard sur le Dauphiné-Libéré cette année, Martin s’offre le maillot à pois et s’installe à la 3ème place du général.

-  Triplé Mercier - Zoetemelk contrôle
Danguillaume, le directeur sportif des Mercier, peut bomber le torse. Derrière Martin, Nilsson et Seznec complétent le podium plus de 3’ après leur partenaire. Une manière de répondre aux propos de Zoetemelk. Ce dernier avait déclaré, lorsqu’il les avait quittés l’année dernière pour rejoindre la formation Ti-Raleigh, qu’il partait dans une grande équipe. Ironique, Danguillaume revient sur le sujet : «  Joop était parti, soi-disant, pour être mieux épaulé dans le Tour de France. Je constate seulement qu’aujourd’hui, s’il était resté chez nous, il aurait eu 3 coéquipiers à ses côtés dans cette étape importante. Dites-moi combien il en avait de chez Ti-Raleigh. » Aucun, à vrai dire, puisque Lubberding a terminé 16ème à 7’44’’, Van der Velde 34ème à 17’30’’. Quant à Raas et Priem, ils ont abandonné.
Mais que les supporters du batave se rassurent. Zoetemelk a tranquillement contrôlé la situation, dirigeant la manoeuvre devant Kuiper (Peugeot), Bernaudeau (Renault), De Muynck (Splendor), Agostinho et Wilmann (Puch), Alban (La Redoute) et l’armada Mercier.

- Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Raymond Martin (Fra) en 6h27’32’’
2 Sven-Ake Nilsson (Sue) à 3’13’’
3 Christian Seznec (Fra) à 3’27’’
4 Robert Alban (Fra)
5 Joop Zoetemelk (PB)
6 Jostein Wilmann (Nor)
7 Joaquim Agostinho (Por)
8 Johan De Muynck (Bel)
9 Jean-René Bernaudeau (Fra)
10 Hennie Kuiper (PB) t.m.t.

- Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Joop Zoetemelk (PB) en 64h20’14’’
2 Hennie Kuiper (PB) à 1’10’’
3 Raymond Martin (Fra) à 4’37’’
4 Johan De Muynck (Bel) à 6’53’’
5 Pierre Bazzo (Fra) à 7’10’’
6 Jean-René Bernaudeau (Fra) à 7’57’’
7 Henk Lubberding (PB) à 8’59’’
8 Joaquim Agostinho (Por) à 9’44’’
9 Christian Seznec (Fra) à 9’52’’
10 Sven-Ake Nilsson (Sue) à 9’53’’

 

<< étape précédente | étape suivante >>
Le parcours
Le parcours