Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1980 > Etape par étape > Etape 7 A : Compiègne - Beauvais (c.l.m. par équipes)

Etape 7 A : Compiègne - Beauvais (c.l.m. par équipes)

65 km. 3 juillet 1980

- Hinault boite
Et dire que l’on pensait que le Tour de France était déjà dans la poche de Bernard Hinault ! C’était sans compter sur le mauvais sort qui s’est abattu sur le double tenant du titre sous la forme d’une tendinite au genou droit. S’agit-il d’une fragilité chronique qui l’a obligé à abandonner lors des 6 jours de Rotterdam ou dans Paris-Nice ? L’intéressé certifie que non. Il met plus facilement en cause les conditions atmosphériques détestables et les pavés avant d’expliquer avoir ressenti « une petite douleur persistante, lancinante même, que le docteur Porte a tenté d’atténuer sur la route de Compiègne par une application de pommade et quelques cachets anti-inflammatoires. Le soir, j’ai utilisé quelques suppositoires et j’ai également subi un traitement local d’ionisation électrique. Hélas, ce matin, ça avait empiré. Je peinais pour me tenir debout, appuyé sur ma jambe droite. Et il y avait le contre-la-montre par équipes. J’y ai souffert comme jamais. Impossible de prendre un relais avant la mi-course. Impossible de me mettre en danseuse. Il a fallu que mes coéquipiers ne forcent pas trop dans les côtes, et en tout cas évitent les accélérations brutales pour que je termine avec eux. J’étais parfois obligé de crier pour qu’ils bouchent les trous que je faisais, vous vous rendez compte... »
4ème de l’étape, Hinault perd au général 1’35’’ sur Zoetemelk.

- Pévenage conforte son maillot
Rassemblés autour du maillot jaune Rudy Pévenage, les Ijsboerke se sont installés en tête dès la côte de Baugy pour passer au 34ème km avec 16’’ d’avance sur les Ti-Raleigh. Mais Van de Wiele et Wynants ont raté un virage tandis que l’ensemble de la formation de Walter Godefroot s’essoufflait.
3ème à l’arrivée, Pévenage n’en réussissait pas moins une belle opération puisqu’il repoussait son plus proche adversaire, Bazzo (9ème avec La Redoute), à 2’24’’ au général.

- Les Ti-Raleigh confirment leur supériorité collective
Les hollandais l’ont encore emporté devant les Peugeot de Kuiper. Zoetemelk empoche donc 40’’ de bonification par rapport à son compatriote. Peter Post, le directeur sportif batave, peut décerner ses félicitations : « Oosterbosch est celui qui a le mieux marché. Vraiment très fort en ce jour. Knetemann et Van Vliet ont pris les relais les plus efficaces. Zoetemelk a fort bien terminé. Je suis un peu inquiet pour Van der Velde qui souffre d’un point de bronchite. »

- Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Ti-Raleigh en 1h24’9’’
2 Peugeot à 37’’
3 Ijsboerke à 43’’
4 Renault à 51’’
5 Puch à 1’29’’
6 Daf à 2’9’’
7 Miko-Mercier à 2’18’’
8 Splendor à 2’48’’
9 La Redoute à 4’22’’
10 Marc à 5’45’’

- Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Rudy Pévenage (Bel) en 33h57’57’’
2 Pierre Bazzo (Fra) à 2’24’’
3 Bernard Hinault (Fra) à 3’48’’
4 Henk Lubberding (PB) à 5’51’’
5 Joop Zoetemelk (PB) à 5’56’’
6 Hennie Kuiper (PB) à 6’12’’
7 Johan Van der Velde (PB) à 6’33’’
8 Ronny Claes (Bel) à 7’20’’
9 Patrick Bonnet (Fra) à 9’8’’
10 Jean-Luc Vandenbroucke (Bel) m.t.

 

<< étape précédente | étape suivante >>
Le parcours
Le parcours