Accueil > Le Tour des étapes > Edition 2020 > Etape par étape > Etape 20 : Lure - La Planche des Belles Filles (clm ind)

Etape 20 : Lure - La Planche des Belles Filles (clm ind)

36 km. Samedi 19 septembre 2020

- Le programme du jour

JPEG - 22.7 ko
Source : ASO

- "Pogatsar" renverse la situation
Ce matin, Tadej Pogacar pointait à 57’’ du maillot jaune Primoz Roglic. Aucun observateur ne le pensait capable de renverser la tendance lors de ce contre-la-montre de 36,2 km avec en point d’orgue la Planche des Belles Filles et ses passages à 20 % (8,5 % de moyenne sur 5,9 km).
Et pourtant, à 38,84 km/h de moyenne, le Slovène a pulvérisé son compatriote (5ème de l’étape), le reléguant à 1’56’’. Et ce, de manière parfaitement linéaire : 13’’ d’avance au premier pointage intermédiaire (km 14,5) ; 36’’ au 2ème (km 30,3). Juste le temps de changer de vélo au pied de la bosse et le compte à rebours se poursuit inexorablement : 46 nouvelles secondes après 3,2 km d’ascension ; 34’’ dans les derniers 2,7 km. Soit 13’’ de mieux au kilomètre que Roglic sur l’ensemble de la montée !
Plus tard, dans "L’Equipe", Pogacar expliquera qu’il n’a su qu’il était en train de gagner le Tour que sur la ligne d’arrivée : "Sur toute la partie plate, je n’avais pas vraiment d’infos sur le temps de Roglic. On me renseignait uniquement sur le leader de l’étape, Tom Dumoulin. Et quand j’ai été dans la montée, je n’entendais plus rien ; je n’avais pas mis le son très fort dans l’oreillette, et il y avait beaucoup de spectateurs qui criaient. Je ne savais pas que j’étais loin devant Roglic, que je pouvais prendre le maillot jaune. À un moment, j’ai entendu : "Tu as quatre secondes d’avance", mais je pensais que c’était pour la victoire d’étape. Et puis, ils m’ont tous sauté dessus, ils pleuraient, ils criaient, ils étaient surexcités. C’est là que j’ai vraiment compris."

JPEG - 35.4 ko
Maillot jaune et maillot à pois pour Pogacar qui triomphe dans ce Tour 2020.
Source :AFP

- 3 Jumbo dans les 5 premiers
Effondrée, la formation Jumbo ne se consolera certainement pas en constatant que Tom Dumoulin a fini 2ème de l’étape à 1’21’’ de Pogacar, Wout Van Aert 4ème à 1’31’’ et Primoz Roglic 5ème. Van Aert avoue : "On était déjà prêt à fêter la victoire... Ca fait mal de le voir souffrir ainsi. C’était un autre Primoz sur le vélo aujourd’hui. Je ne l’ai jamais vu comme ça. Perdre de cette manière, le dernier jour, c’est si dur... Le fait qu’il termine derrière moi montre qu’il n’était pas à son niveau, sinon il n’aurait pas perdu autant de temps".
Quant au principal intéressé, il confie : "Je n’ai pas réalisé que je n’étais pas dans une bonne journée avant de débuter le chrono. C’est toujours mieux d’entendre les écarts mais, moi, je perdais du temps, je perdais du temps... J’espérais qu’il ait aussi des moments difficiles... Je me suis poussé à la limite pendant tout le parcours mais je termine loin de lui. J’avais les écarts à l’oreillette, je savais ce qui se passait. Je ne pouvais tout simplement plus pousser comme je l’aurais voulu. J’étais en train de me battre contre moi même, contre chaque mètre, pour arriver au sommet." Puis : "Je vais pleurer peut-être... Peut-être que je l’ai déjà fait. Je suis émotif aussi, vous savez. Mais je ne le montre pas. C’est comme ça. J’aurais aimé être différent mais je ne peux pas changer la personne que je suis". Cette immense déception n’empêchera pas Roglic de s’adjuger quelques semaines plus tard Liège-Bastogne-Liège puis le Tour d’Espagne.

- Porte sur le podium
3ème de l’étape à égalité de temps avec Dumoulin, Richie Porte se hisse sur le podium du Tour au détriment de Miguel Angel Lopez (45ème à 6’17’’). Une consécration pour le coureur de la Trek : "Je suis venu ici sans pression. Avec le confinement, je ne pensais pas que la course allait allait avoir lieu. Ma femme m’a dit : "Vas-y et fais de ton mieux". C’est cette performance que je retiendrai lorsque je mettrai un terme à ma carrière., cette photo que j’accrocherai chez moi. J’ai 35 ans. C’était mon rêve. J’ai grandi en regardant le Tour de l’autre côté de la planète, en voyant des Robbie Mac Ewen, Brad Mac Gee et le plus grand d’entre eux, Cadel Evans."

- Pinot chez lui
13ème de l’étape à 4’9’’ de Pogacar, Thibaut Pinot a vécu une journée extraordinaire : "parti à quelques mètres de son lycée, à Lure, il a ensuite longé son collège, puis son école primaire, la maison de ses parents. Il n’a pas vu la sienne, perchée sur les hauteurs, mais a entraperçu son petit monde, sa boulangerie, son café, la mairie tenue par son père Régis" (G. Scherrer "L’Equipe"). De quoi le consoler d’un Tour de France qui ne lui laissera, en dehors de cet épisode, que des souvenirs amers (29ème du général à près de 2h) : "Beaucoup de monde, tellement de monde que ça faisait presque un peu peur. C’était fou. Faire le dernier chrono du Tour dans mon village, sur mes routes... Cette chance, personne ne l’a eue avant moi" (...) "Ca vaut presque une victoire sur le Tour. Ce sont des émotions aussi fortes que celle du Tourmalet ou de l’Alpe d’Huez".

- « Mutant enim corpus in agone » ("Chronowatts" A. Vayer)
Professeur d’E.P.S., ancien entraîneur de l’équipe Festina entre 1995 et 1998, Antoine Veyer se montre pour le moins circonspect en ce qui concerne les performances des principaux acteurs de ce Tour de France. Après avoir rappelé que la Team U.A.E. de Pogacar était dirigée par Mauro Gianetti et Matxin Joxean Fernandez, particulièrement visés lors des excès commis par la formation Saunier Duval (arrestation de Riccardo Ricco à Lavelanet lors du Tour 2008), Veyer s’inquiète du niveau actuel des cadors "mutants" du peloton : "Tadej Pogaçar a stupéfait son monde et les coureurs de Jumbo qu’on attendait pour un triplé sur le contre-la-montre de la Planche des Belles Filles. Il remporte l’étape devant eux. Il reprend 1min56s à Roglic qui termine pourtant 5ème. Cela nous a rappelé « l’exploit » du Letton Piotr Ugrumov qui a dominé, en 1994, Pantani et Indurain sur le contre-la-montre entre Cluses et la station d’Avoriaz. C’est le même genre de « délire ». Avec 50 watts de plus que Pinot rien que sur « sa » montée. 5.9km où Pinot a perdu 1mn31 sec, chez lui, sur « sa rampe ». Thibaut connaissait trop cette montée et était trop porté par la foule sans doute. S’est-il laissé aller ?
Sur cette dernière ascension d’un long chrono de 36 km et d’une durée de 55min55s, Pogaçar a égalé le record de la montée détenu par Fabio Aru (16min11s sur le Tour de France 2017), avec un arrêt pour changer de vélo qui fait perdre une bonne dizaine de secondes. La puissance moyenne étalon est de 475 watts sur ces 5,9 km à 8,5% de pente. Si le coureur Slovène, appelé Mozart par Jalabert, pèse effectivement 64 kg, sa puissance réelle serait de 6,85 w/kg. La performance apparaît hors norme, à la fin d’un long contre-la-montre de presque une heure, en troisième semaine du Tour de France. On ne connait pas sa puissance moyenne sur la première partie de l’épreuve. Aru avait fait cette partie dans les roues de ses équipiers. Pogaçar était seul contre le vent, déjà à fond, sur un énorme braquet qui nous a rappelé Schumacher, vainqueur déclassé du contre-la-montre de Cholet en 2008. On pouvait s’attendre sur la dernière montée à une puissance correspondant à un effort de 50 minutes, soit 420 watts étalon pour le Slovène (cf son profil de puissance). Non, il s’est « surpassé ». On a été « dépassé ». C’est incompréhensible. C’est mutant. « Mens sana in corpore machinali ». La puissance c’est un combo de force et de vélocité. Il a beaucoup trop de force.
D’autres coureurs ont aussi impressionné. Wout Van Aert, troisième de l’étape la plus grande en dénivelé de ce Tour et vainqueur de deux étapes, a gravi la dernière ascension en 16min53s. Sa puissance réelle serait de 485 watts, s’il pèse 77 kg. Jalabert, décomplexé, pense que c’est le nouvel Indurain. Richie Porte, 35 ans, termine très bien ce Tour de France. Son temps d’ascension est de 16min32s et sa puissance étalon de 463 watts. Mais Porte, nous le connaissons bien. Pas vrai Richie ?
En ce qui concerne les performances, ce contre-la-montre a marqué le Tour 2020 au même titre que l’ascension de Peyresourde, délirante. C’est un retour vers les années Armstrong, tant au niveau de son vainqueur, qu’au niveau de la densité des performers qui le suivent.
"

- Classement de l’étape


Rang

Coureur

Équipe

Temps/Ecarts
1 TADEJ POGACAR UAE TEAM EMIRATES 00h 55’ 55’’
2 TOM DUMOULIN TEAM JUMBO - VISMA + 00h 01’ 21’’
3 RICHIE PORTE TREK - SEGAFREDO + 00h 01’ 21’’
4 WOUT VAN AERT TEAM JUMBO - VISMA + 00h 01’ 31’’
5 PRIMOŽ ROGLIC TEAM JUMBO - VISMA + 00h 01’ 56’’
6 RÉMI CAVAGNA DECEUNINCK - QUICK - STEP + 00h 01’ 59’’
7 DAMIANO CARUSO BAHRAIN - MCLAREN + 00h 02’ 29’’
8 DAVID DE LA CRUZ UAE TEAM EMIRATES + 00h 02’ 40’’
9 ENRIC MAS MOVISTAR TEAM + 00h 02’ 45’’
10 RIGOBERTO URAN EF PRO CYCLING + 00h 02’ 54’’

- Classement général


Rang

Coureur

Équipe

Temps/Ecarts
1 TADEJ POGACAR UAE TEAM EMIRATES 84h 26’ 33’’
2 PRIMOŽ ROGLIC TEAM JUMBO - VISMA + 00h 00’ 59’’
3 RICHIE PORTE TREK - SEGAFREDO + 00h 03’ 30’’
4 MIKEL LANDA BAHRAIN - MCLAREN + 00h 05’ 58’’
5 ENRIC MAS MOVISTAR TEAM + 00h 06’ 07’’
6 MIGUEL ANGEL LOPEZ ASTANA PRO TEAM + 00h 06’ 47’’
7 TOM DUMOULIN TEAM JUMBO - VISMA + 00h 07’ 48’’
8 RIGOBERTO URAN EF PRO CYCLING + 00h 08’ 02’’
9 ADAM YATES MITCHELTON - SCOTT + 00h 09’ 25’’
10 DAMIANO CARUSO BAHRAIN - MCLAREN + 00h 14’ 03’’

- Classement des jeunes


Rang

Coureur

Équipe

Temps/Ecarts
1 TADEJ POGACAR UAE TEAM EMIRATES 84h 26’ 33’’
2 ENRIC MAS MOVISTAR TEAM + 00h 06’ 07’’
3 VALENTIN MADOUAS GROUPAMA - FDJ + 01h 42’ 22’’
4 DANIEL FELIPE MARTINEZ EF PRO CYCLING + 01h 54’ 51’’
5 LENNARD KÄMNA BORA - HANSGROHE + 02h 14’ 33’’
6 HAROLD TEJADA ASTANA PRO TEAM + 02h 36’ 41’’
7 NIKLAS EG TREK - SEGAFREDO + 02h 49’ 43’’
8 MARC HIRSCHI TEAM SUNWEB + 02h 51’ 29’’
9 NEILSON POWLESS EF PRO CYCLING + 03h 02’ 48’’
10 PAVEL SIVAKOV INEOS GRENADIERS + 04h 13’ 09’’

- Classement par Équipe


Rang

Équipe

Temps/Ecarts
1 MOVISTAR TEAM 253h 34’ 22’’
2 TEAM JUMBO - VISMA + 00h 18’ 31’’
3 BAHRAIN - MCLAREN + 00h 57’ 10’’
4 EF PRO CYCLING + 01h 16’ 43’’
5 INEOS GRENADIERS + 01h 30’ 58’’
6 TREK - SEGAFREDO + 01h 39’ 39’’
7 ASTANA PRO TEAM + 01h 47’ 15’’
8 AG2R LA MONDIALE + 02h 58’ 26’’
9 UAE TEAM EMIRATES + 03h 06’ 46’’
10 MITCHELTON - SCOTT + 03h 25’ 10’’

- Classement par points


Rang

Coureur

Équipe

Points
1 SAM BENNETT DECEUNINCK - QUICK - STEP 319
2 PETER SAGAN BORA - HANSGROHE 264
3 MATTEO TRENTIN CCC TEAM 250
4 BRYAN COQUARD B&B HOTELS - VITAL CONCEPT P / B KTM 173
5 WOUT VAN AERT TEAM JUMBO - VISMA 160
6 CALEB EWAN LOTTO SOUDAL 158
7 JULIAN ALAPHILIPPE DECEUNINCK - QUICK - STEP 150
8 TADEJ POGACAR UAE TEAM EMIRATES 143
9 SØREN KRAGH ANDERSEN TEAM SUNWEB 138
10 MICHAEL MØRKØV DECEUNINCK - QUICK - STEP 129

- Classement du meilleur grimpeur


Rang

Coureur

Équipe

Points
1 TADEJ POGACAR UAE TEAM EMIRATES 82
2 RICHARD CARAPAZ INEOS GRENADIERS 74
3 PRIMOŽ ROGLIC TEAM JUMBO - VISMA 67
4 MARC HIRSCHI TEAM SUNWEB 62
5 MIGUEL ANGEL LOPEZ ASTANA PRO TEAM 51
6 BENOIT COSNEFROY AG2R LA MONDIALE 36
7 PIERRE ROLLAND B&B HOTELS - VITAL CONCEPT P / B KTM 36
8 RICHIE PORTE TREK - SEGAFREDO 36
9 NANS PETERS AG2R LA MONDIALE 32
10 LENNARD KÄMNA BORA - HANSGROHE 27

<< étape précédente | étape suivante >>
La carte
La carte

Source : ASO

Source : ASO
Source : ASO