Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1947 > Etape par étape > Etape 21 : Caen - Paris

Etape 21 : Caen - Paris

257 km. 20 juillet 1947

- Un rappel des positions
Ce matin, Pierre Brambilla (Italie) est maillot jaune avec 53’’ d’avance sur son capitaine de route Aldo Ronconi. Il doit également se méfier de Jean Robic (Ouest), 3ème à 2’58’’ et des 2 coureurs de l’équipe de France René Vietto ( 4ème à 5’16’’) et Edouard Fachleitner (5ème à 6’56’’).

- 7 hommes devant
A 188 km de l’arrivée, juste après Pont-Audemer, 7 hommes s’échappent. Aucun d’entre eux (Gauthier, Oreel, Teisseire, Schotte, Kirchen, Diederich, Muller) ne comptent pour le classement général mais certains joueront un rôle important dans le déroulement de l’étape.
Au moment décisif, ils possèdent 13’ d’avance sur le peloton.

- La côte de Bonsecours
A la sortie de Rouen, à 135 km de Paris, se situe la côte de Bonsecours. Elle va se révéler être le juge de paix de ce Tour de France.
Dès le bas, Robic démarre. Il prend 20 m d’avance mais Brambilla est aux aguets. L’italien recolle. Les 2 hommes sont 100 m devant les autres. C’est alors qu’au moment où ils temporisent quelque peu, Fachleitner, tel un bolide, les dépasse.
Robic ne s’en laisse pas compter. Il fait l’effort, récupère « Fach » juste avant le sommet.
Brambilla n’est plus là !

- Brambilla a perdu
La situation du maillot jaune n’est pas encore dramatique.
Rapidement, Ronconi arrive en soutien, accompagné d’Impanis mais le belge ne participe pas aux relais.
A 2 contre 2, les français font la différence : 1’45’’ à Fleury-sur-Andelle, 25 km après Bonsecours.
Les italiens décident alors d’attendre le peloton de manière à récupérer leurs équipiers. Mais la machine ne parvient pas à la bonne carburation et les écarts se creusent irrésistiblement.
A Paris, plus de 13’ séparent Robic et Fachleitner de Brambilla qui se retrouve donc 3ème du classement général.

- Robic ou Fachleitner ?
Les 2 français qui n’appartiennent pas à la même équipe sont séparés par 3’58’’ au général.
Rien n’est joué car Lucien Teisseire, un coéquipier de Fachleitner au sein de l’équipe de France, fait partie des 7 hommes de tête. Il se laisse décrocher et attend son leader.
A 2 contre 1, la fin du parcours s’annonce périlleuse pour « Biquet ».
Mais les kilomètres défilent et aucune tentative de la part de Fachleitner ne vient perturber le rythme du trio.
On saura plus tard que ce dernier a accepté 100 000 anciens francs pour ne pas saborder l’échappée.
A l’arrivée, «  le berger de Manosque » se contente donc de la 2ème place du général.

-  Robic, maillot jaune sans l’avoir jamais porté

JPEG - 13.4 ko
Triomphe de Robic au Parc des Princes

Jean Robic peut lever les bras en signe de triomphe lorsqu’il prend la 8ème place de l’étape. Il vient de remporter le 34ème Tour de France, le 1er de l’après-guerre.
Il participera encore à 9 autres Grandes Boucles jusqu’en 1959 sans remonter sur le podium (4ème en 1949).
En 1980, à 59 ans, il disparaîtra lors d’un accident de voiture.

- Schotte, vainqueur de l’étape
Qui a remporté cette étape, me direz-vous ?
Et bien, le belge Brik Schotte. Il a lâché tous ses compagnons et a apporté aux belges leur 2ème victoire d’étape, la 2ème consécutivement.
Il faudra compter avec lui l’année prochaine...

JPEG - 20.5 ko
Vietto, finalement 5ème, reste dans les coeurs


Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Albéric Schotte (Bel) en 7h16’30’’
2 Bernard Gauthier (Fra) à 1’
3 Jean Diederich (Lux) à 3’24’’
4 René Oreel (Bel) à 5’20’’
5 Jean Kirchen (Lux) m.t.
6 Lucien Teisseire (Fra) à 7’19’’
7 Edouard Muller (Fra)
8 Jean Robic (Fra)
9 Edouard Fachleitner (Fra) t.m.t.
10 Maurice Diot (Fra) à 18’49’’
<< étape précédente | classement général final >>