Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1931 > Etape par étape > Etape 14 : Cannes - Nice

Etape 14 : Cannes - Nice

132 km. 15 juillet 1931

- Une étape redoutée
Les organisateurs se souvenaient que l’année dernière, des milliers de clous avaient été déposés dans la descente du col de Braus. Plus question de renouveler l’expérience cette année : de nombreux soldats en tenue de campagne, baïonnette au canon, sont venus sécuriser les lieux.
Desgrange n’est pas le seul à craindre cette étape. Les coureurs, eux aussi, la redoutent. Bien sûr, pour eux, le rendez-vous majeur demeure « Pau - Luchon » mais la ville d’arrivée se situe beaucoup trop loin des cols d’Aubisque et du Tourmalet. Par contre, « la boucle de Sospel » donne toujours lieu à une journée passionnante du fait que, passé le col de Nice, les 3 autres difficultés (Braus, Castillon, la Turbie) se suivent sans la moindre parcelle de plat, à quelques encablures de Cannes.

- L’équipe de France en difficulté
Benoît Faure se rappelle au bon souvenir des suiveurs en réalisant un excellent début d’étape. Le stéphanois passe en tête le col de Nice. On le retrouve même premier au sommet du col de Braus avec le sprinter italien Di Paco. Pesenti (3ème du général) est pointé à 1’5’’, Gremo à 1’25’’, le maillot jaune Magne à 1’40’’ et Gestri à 2’45’’.
Malheureusement pour l’équipe de France, Faure (6ème de l’étape) souffre de l’épaule et les descentes ne lui sont pas favorables. Surtout, Antonin Magne chute dans la descente du col de Braus. Rien de cassé mais il lui faut ensuite lutter de toutes ses forces pour perdre le minimum de temps (4ème à 4’48’’).

- Triomphe italien
Finalement, alors que la formation belge apparaissait redoutable (Demuysère, 2ème du général, se classe 11ème à 10’10’’), ce sont les italiens, galvanisés par leurs supporters, qui se révèlent les meilleurs.
Di Paco, Pesenti et Gremo caracolent dans le col de Castillon mais c’est un 4ème larron, Eugenio Gestri (10ème du Giro 1931), qui se met véritablement en valeur. Le toscan, né et décédé à Prato, dépasse ses compatriotes dans le col de la Turbie pour s’en aller remporter la plus belle victoire de sa carrière. Pesenti, fatigué, termine à 17’’. Gremo complète le podium transalpin. Bravo !
Cependant, les esprits retors ne peuvent s’empêcher de remarquer que la tactique italienne n’est pas exempte de reproche. Supposons que Gestri éprouve le besoin de s’arrêter pour, admettons, regonfler ses 2 boyaux, Pesenti gagne alors l’étape avec plus de 3’ d’avance sur son suivant et empoche 3’ de bonifications au général ! Son retard ne serait plus que de 2’30’’ !

JPEG - 38.5 ko
A gauche, Gestri (1905-1944). A droite, Pesenti (1908-1968).


Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Eugenio Gestri (Ita) en 4h47’1’’
2 Antonio Pesenti (Ita) à 17’’
3 Felice Gremo (Ita) à 4’9’’
4 Antonin Magne (Fra) à 4’48’’
5 Louis Péglion (Fra) à 5’26’’
6 Benoît Faure (Fra) à 6’46’’
7 Raffaele Di Paco (Ita) à 8’49’’
8 Fernand Fayolle (Fra)
9 Michele Orecchia (Ita) t.m.t.
10 Hubert Opperman (Aus) à 10’10’’


Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Antonin Magne (Fra) en 97h43’4’’
2 Antonio Pesenti (Ita) en 97h48’35’’
3 Jef Demuysère (Bel) en 97h59’10’’
4 Maurice Dewaele (Bel) en 98h5’48’’
5 Louis Péglion (Fra) en 98h7’12’’
6 Hubert Opperman (Aus) en 98h15’58’’
7 Gaston Rebry (Bel) en 98h20’29’’
8 Julien Vervaecke (Bel) en 98h21’14’’
9 Benoît Faure (Fra) en 98h23’55’’
10 André Leducq (Fra) en 98h31’20’’
<< étape précédente | étape suivante >>