Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1957 > Etape par étape > Etape 18 : Saint-Gaudens - Pau

Etape 18 : Saint-Gaudens - Pau

207 km. 16 juillet 1957

- Le Tourmalet pour commencer
Le départ est ultra-rapide : 8 hommes emmenés par le portugais José Da Silva se détachent, pris en chasse par Jean Dotto (Sud-Est) et quelques autres. Da Silva passe seul en tête au sommet du Tourmalet. Dotto est à plus de 2’, le maillot jaune Anquetil et Janssens à 4’47’’. Nencini arrive 50’’ plus tard.
Dans la vallée, Anquetil n’hésite pas. Il se lance à fond en poursuite, vent de face. Malheureusement, à Luz-Saint-Sauveur, le ravitaillement n’est pas effectué, comme d’habitude, par le directeur sportif, bloqué à l’arrière, mais par un adjoint. Conséquence ? Au lieu du traditionnel gâteau de riz, le normand se retrouve avec un bidon de thé sucré...
Avant d’aborder le Soulor, tremplin de l’Aubisque, Nencini rejoint Anquetil et lui prend même une cinquantaine de mètres.

-  Anquetil distancé dans l’Aubisque
Devant, l’ascension de l’Aubisque se passe remarquablement bien pour Dotto. Le vainqueur de la Vuelta 56 s’était fait discret depuis lors mais le voici revenu à un bon niveau. Il passe au sommet avec 34’’ d’avance sur Lorono qu’il a lâché dans le dernier kilomètre.
Derrière, par contre, cela se complique singulièrement pour le maillot jaune qui craque à 1,5 km du haut et concède 4’37’’ sur Dotto. Pas de quoi paniquer cependant puisque Marcel Janssens, son adversaire le plus dangereux, n’est passé que depuis 28’’.

JPEG - 16 ko
Jean Dotto dans l’Aubisque

- Encore 57 km avant d’atteindre Pau
Jean Dotto ne parvient pas à mettre à profit son avance. Il se fait rejoindre par Lorono, Adriaensens, Nencini, Janssens et Gay (Sud-Ouest).
Ces 6 hommes s’entendent parfaitement et creusent l’écart sur le groupe Anquetil. Ce dernier peut heureusement compter sur le soutien de Christian et de Da Silva mais cela ne suffit pas. Il perd 2’38’’ à l’arrivée.
Un moindre mal finalement puisque 9’ le séparent encore de Janssens et les montagnes sont passées.
Pendant ce temps, Gastone Nencini l’a emporté au sprint. Victoire au Giro, 2 étapes du Tour, 6ème du général, meilleur grimpeur : une belle année, 1957 !

- Où est passée l’équipe de France ?
Depuis le départ de l’épreuve, les tricolores avaient fait preuve d’une extraordinaire supériorité.
Et bien, ils ont complètement sombré aujourd’hui, victimes d’une « grippe intestinale » ! Roger Walkowiak, le lauréat de la précédente édition, a abandonné. Gilbert Bauvin (5ème du général ce matin) a laissé filer plus de 45’, François Mahé (3ème) une demi-heure, Jean Forestier (2ème) 12’26’’.
Le rêve de Marcel Bidot (réaliser le triplé à Paris) s’est envolé.

Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Gastone Nencini (Ita) en 6h37’31’’
2 Georges Gay (Fra)
3 Marcel Janssens (Bel)
4 Jesus Lorono (Esp)
5 Jean Dotto (Fra) t.m.t.
6 Jan Adriaensens (Bel) à 5’’
7 Henry Anglade (Fra) à 2’38’’
8 Arrigo Padovan (Ita)
9 Jacques Anquetil (Fra)
10 Adolf Christian (Aut) t.m.t.


Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Jacques Anquetil (Fra) en 112h36’34’’
2 Marcel Janssens (Bel) à 9’14’’
3 Adolf Christian (Aut) à 10’17’’
4 Jean Forestier (Fra) à 12’59’’
5 Jesus Lorono (Esp) à 16’3’’
6 Gastone Nencini (Ita) à 18’43’’
7 Wim Van Est (PB) à 24’14’’
8 Nino Defilippis (Ita) à 25’16’’
9 Jan Adriaensens (Bel) à 26’18’’
10 Jean Dotto (Fra) à 28’30’’
<< étape précédente | étape suivante >>