Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1903 > Etape par étape > Etape 1 : Paris - Lyon

Etape 1 : Paris - Lyon

467 km. 1 et 2 juillet 1903

- Les premiers coups de pédale
60 intrépides s’élancent ce 1er juillet 1903 de l’auberge « le Réveil Matin » en quittant Villeneuve-Saint-Georges pour aller sur Montgeron. Destination : Lyon, 467 km plus loin. Il est 15h16’.
Les 2 favoris sont facilement reconnaissables : Maurice Garin (dossard n°1) est vêtu d’une veste blanche et d’un collant noir. Hippolyte Aucouturier a préféré un maillot rayé. Les voilà partis sur un bon rythme tandis que beaucoup d’autres adoptent une attitude plus mesurée, leur seul objectif étant d’atteindre les 12 km à l’heure pour toucher l’allocation journalière promise.
Le premier contrôle volant a lieu à Fontainebleau mais il a fallu éviter Saint-Germain-en-Laye car le maire est hostile aux circulations automobile et cycliste : il inflige des contraventions à tous ceux qui dépassent les 12 km/h !
Géo Lefèvre a été désigné par Henri Desgrange pour superviser l’épreuve. Il est posté dans la forêt de Fontainebleau, au sommet de la côte de Saint-Herem. « Les voici enfin, écrit-il dans les colonnes de « L’Auto », et c’est Georget qui tient la tête et qui fait allègrement la forte montée. Derrière lui, Aucouturier dans une belle allure puissante et dont le dos se courbe dans un effort violent. »
Ensuite, il faut s’enfoncer dans la nuit, sur des routes en terre battue, creusées d’ornières, défoncées par le passage des charrettes et des chevaux, sur des vélos pesant une douzaine de kilos, sans dérailleur, sans éclairage ni roue libre (il faut pédaler en descente), avec un seul frein situé à l’avant !

- Aucouturier abandonne
Peu avant minuit, les premiers sont à Nevers (km 227) pour le contrôle fixe situé au café Bussy. Maurice Garin ne veut rien manger. Il a toujours considéré que sa force principale provenait du fait qu’il pouvait rouler des heures sans se ravitailler. Aucouturier se désaltère. Il le regrettera amèrement car, sur les routes vallonnées du Bourbonnais, « le Terrible » souffrira mille morts et sera contraint à l’abandon à Lapalisse, 200 km avant Lyon. Il estimera qu’il a été empoisonné lors du ravitaillement !

- Garin et Pagie en tête
Géo Lefèvre s’est posté sur la N7 entre Nevers et Moulins. Il voit passer vers 1 heure du matin «  deux formes blanches ». Il s’agit de Garin et de son « élève » de Tourcoing Pagie. Les nordistes ont lâché Georget, victime d’une crevaison.
Après s’être attablés à Moulins, les 2 compères reprennent la route tandis que Lefèvre saute dans le train et ... arrive en retard à la brasserie Comte dans la banlieue lyonnaise, terme de cette 1ère étape. Le chronométreur officiel n’a pas vu «  le Petit Ramoneur » descendre de vélo dans un "incroyable état de fraicheur", à 9h1’ exactement, après avoir parcouru les 467 km à plus de 26 km/h de moyenne.
Il faudra attendre 20h55’ pour que Brange, le 37ème et dernier coureur, atteigne la capitale rhodanienne.
Notons que, bien que cette course soit individuelle, les « as » appartiennent à des marques de cycles. Autant dire que «  La Française » s’en sort merveilleusement bien avec 9 hommes toujours en lice (Garin, Pagie, Augereau, Muller, Pothier, Jaeck, Catteau, Pasquier, Josef Fischer).

Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Maurice Garin (Fra) en 17h45’13’’
2 Emile Pagie (Fra) à 55’’
3 Emile Georget (Fra) à 34’59’’
4 Fernand Augereau (Fra) à 1h2’50’’
5 Jean Fischer (Fra) à 1h4’55’’
6 Marcel Kerff (Bel) à 1h42’55’’
7 Aloïs Catteau (Fra) à 1h48’57’’
8 Ernest Pivin (Fra) à 1h49’49’’
9 Léon Habets (Fra) à 2h8’16’’
10 François Beaugendre (Fra) à 2h8’27’’
étape suivante >>