Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1908 > Présentation > Les forces en présence

Les forces en présence

-  Tous à égalité
Petit-Breton a gagné le Tour de France 1907 sur une bicyclette poinçonnée. Eh bien, désormais, toutes les machines le seront. Autrement dit, il faudra terminer le Tour avec les pièces principales du vélo que l’on a pris au départ. Il est également stipulé que les concurrents victimes d’ennuis mécaniques ne pourront recevoir aucune aide extérieure en dehors des postes de contrôle.
Desgrange apporte 2 autres modifications : il supprime la participation des entraîneurs au cours des première et dernière étapes et il complique quelque peu le classement par points. Désormais, après la 8ème étape, il sera procédé à une révision du classement général de manière à ne pas trop pénaliser ceux qui se sont mal classés dans les premières étapes, alors que les participants étaient encore nombreux. Ainsi, un classement de chaque étape sera recalculé en éliminant ceux qui ont abandonné avant Toulouse, terme de cette 8ème étape. Un exemple ? le coureur X a terminé 46ème de la 1ère étape. Il a pris 46 points mais, à Toulouse, on refait le classement de l’étape et on enlève les abandons. Le voici 28ème. C’est 28 points qui lui seront comptés au classement général.

- Petit-Breton vers un premier doublé ?
L’équipe Peugeot fait toujours forte impression avec le vainqueur sortant Lucien Petit-Breton qui, à 26 ans, vient de s’adjuger Paris-Bruxelles et le Tour de Belgique. A ses côtés figurent Emile Georget (3ème en 1907), Georges Passerieu (2ème en 1906, 4ème en 1907) et Gustave Garrigou (2ème en 1907).
Chez les Alcyon, il faut, bien sûr, surveiller Louis Trousselier (vainqueur en 1905) ainsi qu’un jeune Belge de 25 ans, Cyrille Van Houwaert, lauréat de Bordeaux-Paris 1907 alors qu’il débutait au niveau international. Depuis, le « Lion des Flandres » a confirmé en s’adjugeant Milan-San-Rémo et Paris-Roubaix !