Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1938 > Etape par étape > Etape 14 : Digne - Briançon

Etape 14 : Digne - Briançon

219 km. 22 juillet 1938

-  Bartali assomme le Tour
Le sol entièrement goudronné du col d’Allos rend, d’après R. Huttier, son ascension assez facile. Bartali se contente de sprinter à 400 m de la ligne pour récupérer la minute de bonification, 9’’ avant Vissers, 13’’ avant Cosson, 30’’ avant le maillot jaune Vervaecke, Magne, Maes et Neuville.
Dans le col de Vars, la « route dangereusement étroite, ravinée, caillouteuse, affreusement poussiéreuse » accentue la difficulté. Bartali continue sa moisson de bonifications devant Cosson, 2ème à 19’’, Vissers 3ème à 38’’ tandis que Vervaecke (5ème à 1’8’’) a déjà perdu sa belle Tunique.
A Guillestre, en bas de la descente, Gino qui a reçu le soutien de ses équipiers Mollo et Vicini, pointe avec 2’ d’avance sur M. Clemens. Cosson et Vervaecke ont crevé à 3 reprises.
Reste l’Izoard, « véritable chaos de rocs et de pierrailles jetés dans un paysage de cauchemar ». C’est là que le Toscan, à 6 km du sommet, donne la pleine mesure de son talent. M. Clemens qui était parvenu à les rejoindre, lui et Vicini (Mollo a été retardé par une crevaison), ne peut qu’assister impuissant à l’envol du grimpeur ailé. Bartali passe en haut 2’45’’ avant Vicini, 4’20’’ avant M. Clemens. Vervaecke (10ème à 14’10’’) a explosé.
Bartali file ensuite vers Briançon où ses compatriotes l’attendent dans l’euphorie. Sauf accident, le Tour 1938 est gagné : au général, M. Clemens accuse désormais un déficit de 17’45’’, Vervaecke 21’30’’.

JPEG - 39.7 ko
Bartali dans le col de Vars

- Des boyaux de meilleure qualité
Bartali, Vicini, Servadei, Mollo et Martano : 5 Italiens parmi les 6 premiers ! La « Squadra Azurra » dirigée par le Campionissimo Constante Girardengo (6 Milan-San-Rémo, 2 Giro en 1919 et 23) a frappé fort. Le secret de la réussite ? Peut-être la qualité des boyaux « spécialement préparés pour ce Tour de France 1938, mis à sécher pendant 2 ans. La gomme est très dure, très résistante et très sonore » (propos du soigneur Transalpin Pavesi recueillis par G. Briquet dans le « Miroir des Sports »). Bartali n’a crevé qu’une fois lors de cette étape, un petit exploit sur les routes de cette époque.

- Gianello empoisonné ?
19ème de l’étape à 25’13’’ de son idole, Dante Gianello se ressent certainement de ses efforts de la veille mais, lorsqu’il est pris de vomissement et de violents troubles de la vue, chacun s’inquiète. A juste raison : l’analyse de son bidon révèlera la présence de 3 grammes de strychnine.

Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Gino Bartali (Ita) en 8h49’7’’
2 Mario Vicini (Ita) à 5’18’’
3 Mathias Clemens (Lux) à 6’48’’
4 Glauco Servadei (Ita) à 11’18’’
5 Enrico Mollo (Ita) à 11’25’’
6 Giuseppe Martano (Ita) à 15’1’’
7 Pierre Gallien (Fra) à 16’13’’
8 Victor Cosson (Fra) m.t.
9 Jules Lowie (Bel) à 17’22’’
10 Félicien Vervaecke (Bel) m.t.


Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Gino Bartali (Ita) en 93h56’22’’
2 Mathias Clemens (Lux) en 94h14’7’’
3 Félicien Vervaecke (Bel) en 94h17’52’’
4 Mario Vicini (Ita) en 94h20’9’’
5 Victor Cosson (Fra) en 94h25’18’’
6 Edward Vissers (Bel) en 94h31’44’’
7 Dante Gianello (Fra) en 94h32’46’’
8 Antonin Magne (Fra) en 94h37’29’’
9 Jean-Marie Goasmat (Fra) en 94h41’50’’
<< étape précédente | étape suivante >>