Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1951 > Etape par étape > Etape 13 : Dax - Tarbes

Etape 13 : Dax - Tarbes

201 km. 17 juillet 1951

-  12 hommes s’échappent avant d’aborder l’Aubisque
De longs kilomètres séparent la grande difficulté du jour, le col d’Aubisque (km 137) de Dax, point de départ de cette 1ère étape pyrénéenne. Desbats, Brambilla et Muller en profitent, km 55, pour prendre la poudre d’escampette, rejoints, km 78, par Bauvin, Van Ende, Sommer, Deledda, Géminiani, Biagioni, Walkowiak et Lauredi. Diot complète définitivement le groupe un peu plus tard. Soit 12 hommes à Laruns, au pied de l’Aubisque, avec 13’15’’ d’avance sur le peloton.

- Bauvin et Biagioni, les 2 Bénéficiaires de la journée
Le col d’Aubisque voit 5 coureurs se détacher du lot : les 2 Tricolores, Géminiani et Lauredi, le Belge Van Ende, l’Italien Biagioni et l" "Est Sud-Est" Bauvin.

JPEG - 36.6 ko
Geminiani mène dans l’Aubisque devant Bauvin, Van Ende, Lauredi et Biagioni

Van Ende lâche dans la descente. Le col du Soulor (km 147) ne modifie en rien la donne. Les derniers kilomètres de route plate non plus. Au sprint, Géminiani s’impose mais il est déclassé pour avoir bénéficié d’une poussée de son équipier. Serafino Biagioni (déjà vainqueur de la 5ème étape) est déclaré vainqueur.
Le peloton termine 9’15’’ plus tard. Jackpot pour Gilbert Bauvin (5ème du général ce matin à 5’6’’ de Van Est) qui revêt le maillot jaune.
Mais, au fait, il est où, Van Est ?

- Van Est a frôlé la mort
Ce matin à Dax, Wim Van Est est fier. Il porte le maillot jaune, privilège qu’aucun Néerlandais n’a obtenu avant lui. L’inquiétude est cependant au rendez-vous. Normal ! Le Batave va escalader et descendre pour la première fois de sa vie un géant du Tour, l’Aubisque. Dans la montée, tout se passe bien. Il bascule au sommet à quelques encablures des cracks du peloton. Les soucis commencent ensuite. Van Est se souvient : " Je n’ai rien compris. J’ai senti que je virais mal, j’étais déjà tombé et j’aurais dû être prudent. Mais je voulais tant garder le maillot. Alors, j’ai foncé et je me suis envolé...En un éclair, j’ai vu la mort...et le reste, je ne me rappelle plus très bien, un grand boum dans ma tête...et un silence religieux. » Il a plongé d’une quarantaine de mètres dans le ravin. Pour le remonter sur la route, il faut « tresser » une corde à l’aide de boyaux. Exercice périlleux qui prendra une heure !
Traumatisé, le « Hollandais volant » est conduit à l’hôpital mais il ne souffre que de légères blessures. De retour chez lui, la gloire l’attend. Un publicitaire fera même fortune en faisant dire au héros : « Je suis tombé à 70 m de profondeur, mon cœur s’est arrêté de battre, mais ma montre Pontiac fonctionnait toujours. »

JPEG - 11.4 ko
Van Est remonte du ravin

- Bobet, le perdant du jour
Chez les favoris, dans l’Aubisque, la bataille n’a pas vraiment eu lieu. Bartali est passé en tête, à 11’12’’ des échappés, Coppi, Koblet, Ockers à ses basques ; Bobet à 50’’, Magni à 1’. Mais, tandis que le "Lion des Flandres" parvenait à rejoindre les cadors, le Breton concédait 2’37’’ à ses adversaires.

Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Serafino Biagioni (Ita) en 5h47’57’’
2 Gilbert Bauvin (Fra)
3 Nello Lauredi (Fra)
4 Raphaël Geminiani (Fra) t.m.t.
5 Maurice Diot (Fra) à 7’55’’
6 Pierre Brambilla (Fra)
7 Edward Van Ende (Bel) t.m.t.
8 Gino Bartali (Ita) à 9’15’’
9 Adolphe Deledda (Fra)
10 Constantin Ockers (Bel) t.m.t.


Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Gilbert Bauvin (Fra) en 74h22’37’’
2 Serafino Biagioni (Ita) à 6’18’’
3 Raphaël Geminiani (Fra) m.t.
4 Georges Meunier (Fra) à 10’5’’
5 Hugo Koblet (Sui) à 12’56’’
6 Nello Lauredi (Fra) à 13’19’’
7 Marcel Demulder (Bel) à 13’21’’
8 Bernardo Ruiz (Esp) à 15’43’’
9 Lucien Lazaridès (Fra) à 16’33’’
10 Fausto Coppi (Ita) à 18’35’’
<< étape précédente | étape suivante >>